Nouveau

Les «trains orphelins» ont amené des enfants sans-abri de New York à travailler dans des fermes de l'ouest

Les «trains orphelins» ont amené des enfants sans-abri de New York à travailler dans des fermes de l'ouest


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Mendicité. Les 35 enfants qui se sont réunis à la Société d'aide à l'enfance de New York en 1880 avaient tous des histoires de privation et d'abus à raconter. Maintenant, leurs vêtements en lambeaux leur avaient été retirés et remplacés par des vêtements et des manteaux solides et neufs par des travailleurs humanitaires. Il était temps pour un long voyage vers l'ouest.

"Aucune mère n'a versé de larmes sur le départ des enfants abandonnés", a écrit un journaliste du Tribune du quotidien new-yorkais, “ aucun conseil paternel n’a été donné aux garçons qui étaient sur le point d’entrer dans une nouvelle vie ”. Cette nouvelle vie les attendait dans l'Iowa, où ils arriveraient après un voyage en train de plusieurs jours qui les a balayés de la ville de New York au Midwest rural. Là, les travailleurs de la Société d'aide à l'enfance espéraient qu'ils seraient adoptés par des familles et mis au travail dans les champs et les fermes.

Ils faisaient partie de ce que l'on appelle maintenant le mouvement du train des orphelins, une tentative radicale de protéger les enfants sans abri, pauvres et orphelins à une époque avant l'aide sociale ou le placement en famille d'accueil. Organisé par des réformateurs de l'est des États-Unis, le programme a entraîné les enfants vers l'ouest dans le but à la fois de les sortir de la misère et de la pauvreté de la ville et d'aider à fournir de la main-d'œuvre aux fermes de l'ouest. Entre 1854 et 1929, jusqu'à 200 000 enfants ont été placés dans les trains et adoptés par de nouvelles familles. Mais bien que de nombreux enfants aient voyagé vers une vie meilleure dans des trains orphelins, d'autres ne l'ont pas fait.

Les trains orphelins ont été imaginés par Charles Loring Brace, un ministre troublé par le grand nombre d'enfants sans abri et appauvris à New York. Un afflux massif de nouveaux immigrants avait envahi la ville et une série de paniques financières et de dépressions à la fin du XIXe siècle ont créé du chômage. Pendant ce temps, les logements bon marché sont devenus plus difficiles à trouver. En conséquence, des dizaines de milliers d'enfants démunis se sont retrouvés dans la rue. Puisqu'il n'y avait pas de filet de sécurité sociale, il n'y avait aucun moyen organisé d'atteindre les enfants individuellement ou de leur fournir des services sociaux ou d'aide sociale. Brace voulait changer cela.

Caractérisés par Brace comme appartenant aux « classes dangereuses », ces enfants négligés mendiaient carrément ou rendaient de petits services comme cirer des chaussures et vendre des journaux. Ils étaient souvent arrêtés pour vagabondage ou larcins et jetés en prison avec des adultes. Pour tenter de les aider, Brace a fondé la Société d'aide à l'enfance en 1853. Consacrée aux «enfants vagabonds», la société a créé des écoles de métiers, construit des maisons d'hébergement pour les enfants sans-abri et a commencé à lutter contre l'absentéisme et l'analphabétisme.

LIRE LA SUITE: Ces images épouvantables ont révélé le travail des enfants en Amérique

Brace croyait que la ville n'était pas un endroit pour un enfant désespérément pauvre, et alors que le nombre d'enfants sans abri commençait à augmenter - entre 20 000 et 30 000 dans les années 1870 seulement - il commença à agir selon cette croyance. Brace a proposé que les orphelins et les enfants indigents soient envoyés dans des familles occidentales au lieu de les institutionnaliser.

« Le meilleur de tous les asiles pour l'enfant exclu, c'est le la maison du fermier”, a écrit Brace. Il l'a appelé "L'émigration comme remède contre le paupérisme". Étant donné que les agriculteurs avaient besoin de toutes les mains qu'ils pouvaient trouver, a-t-il soutenu, et que la nourriture et l'espace étaient abondants dans l'ouest en plein essor, il était logique d'y envoyer des enfants au lieu de les enfermer sur la côte est.

Avec l'aide de fonds donnés par les familles les plus riches de New York, Brace et d'autres organisateurs ont commencé à rassembler des groupes d'enfants et à les envoyer vers l'ouest. Dans le jargon de l'époque, cela s'appelait « mettre en place ». Le processus variait, mais comprenait généralement le jumelage de groupes d'enfants avec des chaperons adultes qui les accompagnaient vers des destinations rurales.

À leur arrivée, les accompagnateurs emmenaient les enfants à de grands rassemblements publics, souvent annoncés par des affiches, au cours desquels les parents adoptifs potentiels sélectionnaient un ou plusieurs enfants. Ensuite, ils allaient dans leurs nouvelles maisons, étant entendu qu'ils seraient censés travailler à la ferme en échange de leur maison. La plupart des parents ont signé des accords qui accordaient aux enfants des soins, mais leur permettaient de quitter le foyer si les circonstances nécessitaient une rupture de la relation adoptive. Tous les passagers de train orphelins ne sont pas allés vers une destination inconnue : certains avaient déjà été pré-placés et ont pris le train jusqu'à un foyer pré-désigné.

Selon les normes modernes, le processus consistant à placer des enfants avec des étrangers au cours de ce qui équivaut à un événement d'adoption de masse serait considéré comme cruel et dangereux. Le contrôle était laxiste, si les parents potentiels étaient contrôlés du tout, et certains enfants étaient placés avec des personnes qui les traitaient comme des serviteurs. Des groupes de frères et sœurs pourraient être séparés, et les enfants dont les nouveaux tuteurs sont morts ou les ont abandonnés pourraient revivre les circonstances qui les ont emmenés vers l'ouest en premier lieu, retombant dans la négligence, la pauvreté ou la criminalité.

Tous les enfants qui ont été envoyés dans des trains pour orphelins n'étaient pas réellement des orphelins. Certains, comme Hazelle Latimer, ont été renvoyés indépendamment du fait que leurs parents vivaient : « Je venais de finir de manger et cette matrone est passée et nous a tapoté le long de la tête. « Vous allez au Texas. Tu vas au Texas.’ Quand elle est venue vers moi, j'ai levé les yeux. J'ai dit: 'Je ne peux pas y aller. Je ne suis pas orphelin. Ma mère est toujours en vie. Elle est dans un hôpital ici même à New York.’ ‘Tu vas au Texas.’ Inutile de discuter », se souvient-elle.

D'autres ont été confiés à des travailleurs humanitaires par des parents qui savaient qu'ils ne pourraient pas les soutenir en ville. « Des parents appauvris mais pleins de ressources ont profité des services d'épargnants de la classe moyenne à leurs propres fins, y compris la garde temporaire pendant les périodes de crise économique », écrit l'historienne Ellen Herman. Ces enfants ont conservé des liens avec leur famille biologique et beaucoup ne sont restés que temporairement en Occident. D'autres, cependant, ont pris de nouveaux noms et identités et ne sont jamais revenus à New York.

Le système que Brace avait conçu a fini par être en place pendant 75 ans. Comme l'écrit l'historienne Rebecca S. Trammell, le mouvement a pris fin non seulement en raison d'un ralentissement du besoin d'ouvriers agricoles, mais aussi d'une réaction des États qui n'accueillaient plus d'enfants qu'ils considéraient comme potentiellement criminels. Dans les années 1920, le travail social était devenu une profession, et alors que la nation s'éloignait du travail des enfants et se dirigeait vers un système de protection sociale, les trains n'étaient plus considérés comme nécessaires.

Aujourd'hui, il y a à peu près le même nombre d'enfants sans abri à New York que dans les années 1870, mais la ville est passée d'environ 942 000 habitants à plus de 8,6 millions. Bien que les services sociaux placent les enfants dans des familles d'accueil, ils le font dans les mêmes zones géographiques où les enfants ont grandi, et les enfants ne sont plus censés effectuer un travail épuisant en échange d'un placement en famille d'accueil ou d'une adoption.


Cette vidéo contient des informations détaillées sur le mouvement des trains orphelins et a été publiée par l'Université de Wilmington. Il y a des histoires, des diapositives, des photographies, des histoires orales et des informations sur le contexte historique concernant le Kansas, qui contribueraient à toute classe, étudiant, chercheur ou personne à la recherche de matériel généalogique. La présentatrice est Donna Nordmark Aviles, une auteure et chercheuse primée. Voir également la section « Monographs & Books » de ce guide pour le travail de l'auteur sur le mouvement des trains orphelins vers le Kansas.

Ce documentaire a reçu un Emmy régional en 2015. Le contenu englobe l'histoire des trains d'orphelins des enfants sans-abri au voyage vers l'ouest. Cela explique l'existence brutale des passagers des trains orphelins des villes de la côte est vers les zones rurales - où les cultures étaient différentes et la vie était une lutte. Ce film donne le point de vue des enfants sur le sujet.

Ce programme contenait beaucoup d'informations sur l'histoire du train orphelin. Il contient également des histoires personnelles sur l'histoire familiale d'un conducteur de train orphelin qui a été séparé de ses frères et sœurs qui ont également pris le train pour orphelins. Il contient la recherche effectuée par un descendant d'un conducteur de train orphelin sur ce qui est arrivé au reste de sa famille.


Trains orphelins

“Quand un enfant de la rue se tient devant vous en haillons, le visage couvert de larmes, vous ne pouvez pas l'oublier facilement. Et pourtant, vous ne savez pas quoi faire. Il est difficile d'interférer avec l'âme humaine. Vous hésitez jusqu'où vous devriez aller.” – Charles Loring Brace

Introduction: Entre 1854 et 1929, les États-Unis se sont engagés dans une expérience sociale ambitieuse, et finalement controversée, pour sauver les enfants pauvres et sans abri, le mouvement des trains orphelins. Les trains des orphelins fonctionnaient avant l'intervention du gouvernement fédéral dans la protection de l'enfance et le bien-être de l'enfance. Pendant qu'ils fonctionnaient, Orphan Trains a déplacé environ 200 000 enfants de villes comme New York et Boston vers l'Ouest américain pour être adoptés. Beaucoup de ces enfants ont été placés chez des parents qui les aimaient et prenaient soin d'eux, mais d'autres se sont toujours sentis déplacés et certains ont même été maltraités.

Essayer de sortir les enfants de la rue

Au cours des années 1850, des milliers d'enfants vivaient dans les rues de plusieurs grandes villes. Les enfants cherchaient de la nourriture, un abri et de l'argent et vendaient des chiffons, des allumettes et des journaux juste pour survivre. Les enfants formaient des gangs pour se protéger car la vie dans la rue était dangereuse et ils étaient régulièrement victimisés. La police arrêtait souvent les enfants, dont certains n'avaient que cinq ans, et les mettait en détention avec des criminels adultes. Déterminés à remédier à la situation, la Children's Aid Society et le New York Foundling Hospital ont conçu un programme pour retirer les enfants des rues de New York et de Boston et les placer dans des foyers de l'Ouest américain plutôt que de leur permettre de continuer à être arrêtés et profité dans la rue. Parce que les enfants ont été transportés par train vers leurs nouvelles maisons, le terme «trains orphelins» a commencé à être utilisé.

C'est Charles Loring Brace, le fondateur de la Société d'aide à l'enfance, qui a le premier eu l'idée de placer les enfants nécessiteux dans des familles occidentales plutôt que dans des orphelinats. Brace a estimé que les orphelinats étaient des endroits surpeuplés et sombres qui n'apprenaient pas aux enfants à devenir des adultes productifs et fonctionnels qui pouvaient prendre soin d'eux-mêmes. Brace croyait qu'une vie de famille solide pouvait aider ces enfants victimisés et négligés, savait que les pionniers américains qui s'installaient en Occident pouvaient utiliser de l'aide et pensait qu'un arrangement qui placerait les enfants au sein de ces familles serait mutuellement bénéfique. Il pensait que les agriculteurs de l'Ouest accueilleraient les enfants, les accueilleraient et les traiteraient comme les leurs. Par conséquent, il s'est arrangé pour envoyer les enfants orphelins dans des familles de pionniers. Les trains d'orphelins et la pratique consistant à « placer les enfants » dans des foyers qui les accepteraient étaient le précurseur du système moderne de placement en famille d'accueil aux États-Unis.

« Le meilleur de tous les asiles pour les enfants exclus est la maison du fermier. Le grand devoir est de sortir complètement ces enfants de fortune malheureuse de leur environnement et de les envoyer dans de gentils foyers chrétiens à la campagne. Attelle Charles Loring

Les cavaliers laissent leur passé derrière eux

Au début du mouvement des trains orphelins, les trains qui emmenaient les enfants à travers le pays n'étaient guère meilleurs que les wagons à bestiaux et n'avaient que des toilettes de fortune. Les conditions des wagons se sont améliorées au cours des dernières années à mesure que plus d'argent devenait disponible et au cours des dernières années, les enfants sont montés dans des voitures-lits. À tout moment, il y avait entre 30 et 40 enfants, des nourrissons aux adolescents, voyageant avec deux ou trois accompagnateurs adultes. Souvent, les enfants n'avaient aucune idée de l'endroit où ils allaient et on leur disait seulement qu'ils allaient prendre le train.

«Je venais de finir de manger et cette matrone est passée et nous a tapoté le long de la tête. « Vous allez au Texas. Vous allez au Texas.’ Eh bien, certains des enfants, vous savez, ont applaudi et ont ri. Quand elle est venue vers moi, j'ai levé les yeux. J'ai dit: 'Je ne peux pas y aller. Je ne suis pas orphelin. Ma mère est toujours en vie. Elle est dans un hôpital ici même à New York.’ ‘Tu vas au Texas.’ Inutile de discuter. —Hazelle Latimer (coureuse du train orphelin)

Les enfants confus et souvent effrayés ont perdu contact avec leur famille dans leur ville natale et, ceux qui étaient assez vieux, ont été encouragés à rompre complètement avec leur passé. Lorsque les enfants sont arrivés dans le nouveau quartier où ils devaient vivre, il n'y avait aucun processus formel pour les placer dans de nouvelles familles. Il n'y avait que des prospectus annonçant la distribution de groupes d'enfants nécessiteux qui amenaient des foules de futurs parents à voir et à choisir les enfants. Bien que la Société d'aide à l'enfance ait tenu à souligner les réussites d'enfants bien soignés et aimés, le résultat des placements en général a été mitigé. Certaines familles d'agriculteurs ne considéraient les enfants que comme une main-d'œuvre bon marché. Il y avait également des preuves que certains enfants étaient victimes d'abus dans leurs nouvelles maisons.

«Je me souviens des enfants qui rôdaient à l'extérieur du train, attendant qu'on leur assigne nos sièges. Le gros problème était que vous ne saviez jamais ce que l'avenir vous réservait. Vous n'aviez aucune idée de ce que l'avenir vous réservait et c'était une grande préoccupation et une grande inquiétude. » –Lee Nailling (coureur du train orphelin)

Intervention gouvernementale au nom des enfants

Dans les années 1920, le nombre de trains orphelins a fortement diminué. C'est à cette époque que les États ont commencé à adopter des lois interdisant le placement d'enfants à travers les frontières de l'État. De plus, il y avait des critiques de la part des abolitionnistes qui pensaient que les trains d'orphelins soutenaient l'esclavage. Les partisans de l'esclavage ont également critiqué cette pratique, affirmant qu'elle rendait les esclaves obsolètes. En 1912, le Bureau américain de l'enfance a été créé avec pour mission d'aider les États à soutenir les enfants et les familles et à atténuer bon nombre des facteurs qui ont conduit les enfants à vivre dans la rue. À mesure que les gouvernements étatiques et locaux s'impliquaient davantage dans le soutien aux familles, l'utilisation des trains orphelins n'était plus nécessaire.

Ressources et informations:

Warren, A. (1998). Le train des orphelins. Le Washington Post.

Comment citer cet article (format APA) : Brown, A. (2011). Trains orphelins (1854-1929). Projet d'histoire du bien-être social. Extrait de http://socialwelfare.library.vcu.edu/people/mott-lucretia-coffin/

24 réponses à &ldquoOrphan Trains&rdquo

Bonjour, je recherche les parents biologiques de mon grand-père. Le nom de mon grand-père était John Olson. Il est né le 23 juin 1887 à Columbus, OH, et adopté par une famille scandinave nommée Olson ou Olsen par Lydia Dahl Olson et son mari décédé, Simon Olsen, à Omaha, NE. Son adoption était antérieure à 1900. Pourriez-vous m'aider. Son calvaire a touché trois générations et il a été rude. Aidez-moi, s'il vous plaît. Dorothy Olson-Williams

Malheureusement, nous n'avons pas de documents généalogiques. Je vous suggère de trouver un chercheur pour vous aider, ou peut-être de contacter quelqu'un à la Columbus Metropolitan Library (https://www.columbuslibrary.org/research/local-history-genealogy) Les Archives nationales ont un bon site Web pour commencer avec ce genre de recherche https://www.archives.gov/research/genealogy/start-research

Je crois avoir lu quelque part qu'il n'y avait pas beaucoup d'enfants noirs impliqués dans les programmes de train pour orphelins. En général, les enfants de couleur étaient plus susceptibles d'aller dans des hospices. Je vérifierais cependant parce que je ne suis pas sûr de me souvenir correctement.

Les enfants ont été sélectionnés pour ces programmes en raison de la probabilité qu'ils puissent être placés dans des familles du Midwest. Le Midwest avait été colonisé en grande partie par les Allemands, les Scandinaves, les Irlandais et les Anglais, c'est-à-dire les Européens blancs. Ces familles seraient probablement à la recherche d'enfants en bonne santé qui leur ressemblent. Par conséquent, la plupart des enfants qui étaient dans ce programme étaient blancs.

Pouvez-vous me dire si le train orphelin circulait encore en 1920. Je m'intéresse à la région de Morenci, Clifton.
J'essaie de trouver une liste des enfants qui ont été placés. J'avais un grand-oncle qui avait les cheveux roux et les yeux verts, je me demandais toujours s'il avait été adopté.

Je n'ai pas les informations pour répondre à votre question, mais je vous suggère de contacter le National Orphan Train Complex. Il y a un livre, Le grand enlèvement d'orphelins en Arizona par Linda Gordon. Vous pouvez obtenir un exemplaire du livre, puis contacter le Dr Gordon si vous avez d'autres questions.

Je sais que ce post a deux ans. Aujourd'hui, je viens de finir de regarder "Copper Children", une pièce de théâtre basée sur les orphelins qui ont été placés dans des trains pour être adoptés à Morenci, en Arizona. C'est une histoire basée sur des événements factuels, bien sûr embellie pour la scène. Si vous allez sur le site Web de l'Oregon Shakespeare Festival (osfashland.org) et créez une connexion avec O!, vous pouvez le regarder pour 15 $. jusqu'au 17 juillet, je crois. Si vous allez sur le site Web de l'OSF, cliquez sur les émissions en streaming en ligne.
Il existe également des articles en ligne sur le conflit qui s'ensuivit entre les catholiques qui supervisaient pour la plupart le processus de relocalisation, les résidents protestants et les familles mexicaines qui résidaient dans ces villes minières.

Y a-t-il eu des informations telles que les noms ou les frères et sœurs jamais enregistrés pendant que les trains circulaient ? Et si c'est le cas, où ces informations seraient-elles conservées, si c'est le cas, elles sont accessibles au public ? Merci de votre aide..

Essayez de contacter le National Orphan Train Complex pour voir s'ils peuvent vous aider.

Ma mère Mère était dans la dépression quand elle était enfant, pieds nus l'été dans l'Arkansas et le Missouri. TOUS mes grands-parents, les arrière-grands-pères étaient à la fin des années 1900 et même pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, certains agriculteurs et mes autres avaient un magasin de selle et de cordonnier.

Ma mère a des souvenirs quand elle était bébé d'elle et de son frère étant dans un train. Elle dit que des soldats étaient à proximité et qu'elle avait la nausée. C'était pendant la Seconde Guerre mondiale en 1941-42. Elle avait 1 ou 2 ans, elle a un S sur un de ses pouces. Elle pense que c'est en l'appuyant sur le lettrage d'un poêle en fer chaud. Elle se souvient également s'être regardée dans un miroir et avoir vu de la gaze sur et sous sa langue. Elle se souvient avoir parcouru les affaires de sa mère lorsqu'elle était une jeune femme trouvant des tenues de bébé (portées dans le train) et des papiers. Au moins un autre frère a été adopté dans un asile, comme elle se souvient de cela lorsqu'elle était enfant. Son nom de jeune fille est Moore.

Quels étaient certains des avantages et certaines des difficultés des trains orphelins ?

C'est une question que vous devrez rechercher. J'espère que cet article et les liens fournis vous aideront à trouver de bonnes ressources.

Y avait-il des tensions entre les enfants de couleur et les enfants blancs ? Si oui, qu'ont-ils fait pour résoudre le problème ?

salut, je m'appelle Zoey et je suis en train de réaliser un projet sur la façon dont les orphelins ont aidé à construire l'ouest. Avez-vous d'autres informations ou sites Web sur ce sujet?

Zoey : Ma seule suggestion est de contacter les sources que nous avons utilisées pour cette entrée : l'auteur de votre entrée ou ces sources :

Bonne chance dans votre recherche. Jack Hansan

Je trouve cet article très intéressant. L'information était très instructive quand j'étais enfant, j'ai découvert que mon père était orphelin. J'ai fait beaucoup de recherches dessus. J'ai vraiment apprécié cette lecture.

C'est une information incroyable. Je dois partager avec mes camarades de classe d'éducation préscolaire.

Merci pour le commentaire chaleureux. Jack Hansan

Alors, les abolitionnistes pensaient que ces trains soutenaient l'esclavage dans les années 1920, 55-65 ans après la fin de la guerre civile ? Cela a peut-être été une préoccupation au cours de la première décennie, mais je ne vois pas en quoi l'opposition aux abolitionnistes serait un facteur à cette époque. Quant à ne plus être nécessaires, je me demande si les rendre illégaux les a arrêtés. Le gouvernement fait un travail formidable pour réparer quelque chose qui fonctionne jusqu'à ce qu'il ne fonctionne plus.

Avez-vous plus d'informations sur les foyers dans lesquels les enfants ont été placés ? À quoi ressemblaient les gens? Comment les enfants s'en sont-ils sortis ? N'importe quoi de pareil serait génial. Je fais un rapport de livre et je pourrais utiliser l'information, merci!

Chère Emily : Une bonne source pour ce que vous recherchez peut être trouvée dans le projet d'histoire de l'adoption de l'Université de l'Oregon : http://pages.uoregon.edu/adoption/topics/orphan.html
Google a également une liste de sources potentielles. Bonne chance. Jack Hansan

Qu'est-ce que le gouvernement a fait pour s'impliquer davantage dans les changements qui ont été apportés?

Merci pour le commentaire. En réponse, il y a plusieurs raisons : 1) Pendant la Grande Dépression, les gouvernements des États ne pouvaient pas maintenir les services minimaux dont ils disposaient pour répondre aux besoins des pauvres et des chômeurs. Même le président Hoover a lancé des programmes fédéraux pour aider plus tard, le président Roosevelt a accru le rôle du gouvernement fédéral avec des programmes d'emploi (par exemple, WPA, PWA, CCC et autres). Après la Seconde Guerre mondiale, le gouvernement fédéral disposait d'un excédent de fonds et le Congrès et les administrations ont décidé d'utiliser les fonds pour construire le système d'autoroutes inter-États, agrandir les universités et les hôpitaux, créer Medicare et Medicaid, la guerre contre la pauvreté, etc. aider. Cordialement, Jack Hansan

Explorez des documents historiques liés à l'histoire de la réforme sociale sur le portail d'images des bibliothèques VCU.


Embaucher des enfants pour une mesure d'austérité

À ce moment-là, le travail des enfants était une pratique courante aux États-Unis. Cependant, il a connu son apogée pendant la révolution industrielle. Les propriétaires d'entreprise embauchaient des enfants parce qu'ils pouvaient être moins bien payés, par conséquent, ils étaient moins susceptibles d'organiser des syndicats. Leur petite taille leur a permis d'accomplir des tâches dans des usines ou des mines qui seraient difficiles pour les adultes.

Les enfants travaillant dans les usines perdaient inévitablement des doigts, des bras et des jambes car ils n'étaient pas équipés pour faire fonctionner des équipements lourds.

Les enfants travailleurs ne pouvaient pas aller à l'école, créant un cycle de pauvreté difficile à briser, en particulier à New York.


Et pourtant, vous ne savez pas quoi faire. Il est difficile d'interférer avec l'âme humaine. Vous hésitez jusqu'où vous devriez aller. Introduction : Entre et les États-Unis étaient engagés dans une expérience sociale ambitieuse, et finalement controversée, pour sauver les enfants pauvres et sans abri, le mouvement des trains orphelins. Pendant qu'ils fonctionnaient, Orphan Trains a déplacé environ des enfants de villes comme New York et Boston vers l'Ouest américain pour être adoptés.

Au cours des années s, New York était une ville en plein développement. En tant que tel, il a connu de sérieuses douleurs de croissance, et l'un d'entre eux était le nombre d'enfants sans abri. Une statistique de montre qu'au cours de cette année, il y avait environ 20 à 30 enfants sans abri dans la seule ville de New York, à une époque où la population totale de la ville était simplement , De nombreuses autres grandes villes de la côte est avaient le même problème. et il fallait faire quelque chose. La vie n'était pas facile pour les enfants sans-abri au milieu des années s. Beaucoup d'enfants sont devenus orphelins après la mort de leurs parents à la suite d'épidémies telles que la typhoïde, la fièvre jaune ou la grippe.

L'Orphan Train Movement était un programme d'aide sociale supervisé qui transportait des enfants orphelins et sans-abri des villes surpeuplées de l'Est des États-Unis vers des foyers d'accueil situés en grande partie dans les zones rurales du Midwest. Les trains d'orphelins fonctionnaient entre et , déplaçant environ , les enfants orphelins, abandonnés, maltraités ou sans abri. Trois institutions caritatives, Children's Village fondé par 24 philanthropes [1], la Children's Aid Society fondée par Charles Loring Brace et plus tard, le New York Foundling Hospital, se sont efforcées d'aider ces enfants. Les institutions étaient soutenues par de riches donateurs et gérées par du personnel professionnel. Les trois institutions ont développé un programme qui a placé des enfants sans-abri, orphelins et abandonnés de la ville, qui étaient environ 30, dans la seule ville de New York dans les années ', dans des foyers d'accueil à travers le pays.


Trains orphelins

À partir des années 1850, les enfants pauvres et sans abri de la ville de New York ont ​​été transférés dans des villes rurales et des communautés agricoles, principalement dans le Midwest. Beaucoup, mais pas tous, étaient orphelins et le but était de leur offrir une vie meilleure. Ils ont voyagé vers l'ouest par des trains connus sous le nom de trains orphelins. Une fois là-bas, certains sont devenus des enfants d'accueil, d'autres ont été adoptés dans des familles aimantes. D'autres sont devenus des travailleurs à domicile, parfois maltraités ou maltraités dans leur nouvel environnement. Dans cette leçon, vous en apprendrez davantage sur ce qui est arrivé à ces enfants et sur ce que les enfants et la société dans son ensemble ont gagné et perdu.

Exploration

Lisez la sélection d'annonces et de réimpressions de journaux sur les adoptions des trains orphelins, The New York Children, sur le site Web des trains orphelins du Nebraska.

Cherchez des réponses à ces questions pendant que vous lisez et soyez prêt à en discuter avec votre classe :

  • Pourquoi les enfants étaient-ils dans les trains ?
  • Qu'adviendrait-il des enfants « sélectionnés » ?
  • Qu'en est-il des enfants qui n'ont pas été choisis ?

Pour continuer votre exploration des trains orphelins, visitez A History of the Orphan Trains. Au cours de votre lecture, réfléchissez aux réponses à ces questions :

  • Quels étaient les trains orphelins?
  • Tous les enfants dans les trains étaient-ils orphelins ?
  • Quels problèmes l'envoi des enfants dans l'Ouest a-t-il résolu ?
  • Quels problèmes l'envoi des enfants dans l'Ouest a-t-il créé ?

Votre mission est maintenant de mener des recherches sur les trains orphelins en utilisant les ressources ci-dessous. Les ressources fournissent des informations sur ce qui est arrivé aux enfants dans les trains orphelins ou sur les conditions dans lesquelles ils ont été &ldquorés.» Assurez-vous d'examiner les ressources de ces deux sujets. Ce faisant, remplissez le tableau que votre professeur vous a remis. Dans une colonne, énumérez les exemples d'aspects positifs des trains orphelins. Dans l'autre colonne, énumérez les négatifs. Assurez-vous de noter la source de toutes les informations que vous incluez dans votre graphique.

Après avoir effectué vos recherches, utilisez les tableaux pour rédiger un essai sur les trains orphelins. L'essai devrait considérer à la fois les bons et les mauvais aspects de la pratique consistant à envoyer des enfants loin de leur foyer pour adoption. Discutez des avantages et des inconvénients du point de vue des enfants et des familles ainsi que de la société en général. Vos essais doivent se terminer par votre opinion sur la question de savoir si les trains orphelins étaient, dans l'ensemble, une bonne ou une mauvaise chose.

Ressources Internet sur les trains orphelins :

Ressources Internet sur les conditions de vie dans la ville de New York au 19e siècle :


Train des orphelins : Enfants sans-abri à la recherche de nouvelles familles

BENKELMAN -- Certains ont été commandés, comme dans un catalogue.

Certains ont été ramenés à la maison, une surprise, un "chiot de la fourrière".

Certains ont été contrôlés pour leur force, pour leur capacité à faire de gros travaux agricoles.

Beaucoup, beaucoup ont été adoptés et aimés, et sont devenus juste un autre membre de la famille. Certains, malheureusement, n'étaient rien de plus que des serviteurs sous contrat, du travail d'esclave gratuit.

Tous étaient des enfants. rien que des enfants, des enfants orphelins, abandonnés ou sans abri.

Et les enfants ont pris des trains hors de New York dans l'espoir de trouver ce que les sponsors des « Trains orphelins » voulaient pour chacun d'eux. une famille aimante.

Charlotte Endorf de Norfolk, Nebraska, a raconté les histoires des coureurs du "train orphelin", lors d'une présentation le 1er décembre au Dundy County Senior Center à Benkelman, Nebraska.

C'est une partie de l'histoire américaine qui n'est pas bien connue, une vérité qui doit être dite, a-t-elle déclaré.

Charlotte a expliqué que ses recherches sur les trains orphelins avaient commencé comme une promesse faite à l'un des 250 000 passagers des trains orphelins de New York vers le Midwest, le Canada et le Mexique entre 1854 et 1929. « Lester était un grand-père pour moi, " dit Charlotte. "Je fais cela en mémoire de Lester, qui m'a dit : 'Que les gens sachent la vérité'."

L'effort du train des orphelins pour reloger les enfants nécessiteux est maintenant reconnu comme le début du placement en famille d'accueil et de l'adoption documentés aux États-Unis.

"Il n'y avait pas de système de protection sociale", a déclaré Endorf. "Il n'y avait pas de réseau pour s'occuper des enfants avec peu ou pas de famille sur laquelle compter. Il n'y avait rien en place pour aider les parents en difficulté."

À New York, à tout moment au cours de cette période de l'histoire, il y avait 30 000 enfants vagabonds vivant dans les rues. Charles Loring Brace a créé la Société d'aide à l'enfance et a aidé à construire des orphelinats, également appelés asiles d'orphelins, chacun étant conçu pour accueillir 150 enfants.

En 1854, Brace a lancé le programme Orphan Train, conçu pour trouver des foyers pour les enfants sans abri, des enfants pour les familles sans enfants et des travailleurs pour les fermes pionnières en difficulté.

La documentation montre que les premiers passagers du train des orphelins étaient trois sœurs, âgées de trois, six et neuf ans, dont le père est décédé des suites d'une épidémie de grippe. Leur mère, qui était également malade, a estimé que ses filles "avaient une meilleure chance dans un train des orphelins", a déclaré Charlotte.

Irene, l'aînée, n'a jamais trouvé de foyer permanent, a déclaré Charlotte, et a été déplacée de foyer d'accueil en foyer d'accueil. Lois et sa petite sœur sont d'abord restées ensemble après avoir été sélectionnées dans un train d'orphelins.

Cependant, a dit Charlotte, le père voulait un garçon, donc, six mois plus tard, au moment de Noël, Lois a été remise dans un autre train pour orphelins et placée avec un couple sans enfant à Blair, Nebraska. Ses nouveaux parents lui ont offert une poussette et une poupée à tête de porcelaine pour Noël.

Un couple sans enfant du Minnesota a "commandé" un enfant du train orphelin, a déclaré Charlotte. "Ils voulaient un enfant d'origine italienne", a-t-elle déclaré.

Cependant, lorsque la petite fille aux cheveux noirs et aux yeux noirs est arrivée, elle était très malade d'une pneumonie et ses cheveux étaient pleins de poux. Charlotte a dit que l'histoire raconte que les agents d'Orphan Train ont assuré au couple qu'ils pourraient trouver un autre enfant d'origine italienne – un enfant en bonne santé – mais les nouveaux parents ont dit: "Non, elle est à nous. Nous allons la soigner. "

L'enfant en bas âge est devenu "une vraie coquine. Elle était si méchante, dit sa famille", a déclaré Charlotte, et Carmella est devenue l'adulte dont la famille est chargée de garder en vie l'histoire du train des orphelins au Minnesota.

Jim, sept ans, a pris le train des orphelins jusqu'à Tekamah, dans le Nebraska, où sa nouvelle mère lui a demandé : « Qu'est-ce que tu veux pour le petit-déjeuner ? » Lorsque Jim a répondu, avec hésitation, des œufs, elle lui a alors demandé : « Combien ? »

Charlotte a dit que Jim pensait qu'il était "de l'autre côté du paradis". Un œuf, - le petit-déjeuner, d'ailleurs - était presque inouï, et pouvoir en avoir plus d'un était presque inimaginable, a déclaré Charlotte.

La nouvelle mère de Jim lui a dit : « Tu peux avoir autant d'œufs que tu veux.

Charlotte a déclaré que bien que Jim ait parcouru le monde à l'âge adulte, il aimait beaucoup Tekamah et son accueil chaleureux envers un petit garçon perdu. Jim a accumulé 2,5 millions de dollars au cours de sa vie et, parce qu'il ne s'était jamais marié, il les a rendus à la communauté de Tekamah dans son testament, a déclaré Charlotte. Il y a des bâtiments et des salles, des dotations et des bourses "pour toujours plus", a déclaré Charlotte, "à cause de Jim".

La petite Justina a été "commandée, comme sur un catalogue", a expliqué Charlotte. Le couple, qui avait déjà cinq garçons, a demandé "une fille de deux ans, aux cheveux blonds et aux yeux bleus".

Malheureusement, la mère est décédée et les ordres du père étaient que le premier fils marié devait prendre Justina. Ce fils et sa femme ont finalement eu 13 enfants, et Justina devait s'occuper d'eux tous.

Justina a grandi pour devenir "Sœur Justina", a déclaré Charlotte avec un petit rire.

Nine-month-old Mercedes was taken off the train at Greeley, Nebraska, and a man who watched the process out of curiosity was moved to adopt the tiny baby girl. "He brought her home to his wife, just like 'a puppy from the pound'," Charlotte said, but Mercedes was lucky, hers was a "loving and prayerful family."

Brothers Lester and Lawrence were taken off the train at Osceola, Nebraska, where Lester was adopted by Mary and Floyd, and Lawrence by the farmer down the road.

A year later, during a regular follow-up visit by Orphan Train agents, it was discovered that Lawrence was being abused.

The kind lady of Lester's dreams and her husband agreed to take Lawrence, and Lester and Lawrence were reunited.

Charlotte said that the child placement agencies that shipped children West did check on the children, and if extreme abuse was discovered, the children were removed and relocated.

However, Charlotte said, corporal punishment was not frowned upon, and even placement authorities were reluctant to interfere with parents' rights to discipline their children. The prevailing thought was, "there's a reason for the lickin'," so some abusive situations were never corrected, Charlotte said.

It was this Lester who became a grandfather to Charlotte, she said, the man who encouraged her family to become a foster family, the man who urged her to "let people know the truth" about the Orphan Trains and their "fragile baggage."

The Orphan Trains ended in 1929, with the advent of child labor laws and government welfare assistance, and new state and federal laws funding foster care and prohibiting out-of-state placement of orphaned children.

Charlotte Endorf has traveled 15,000 miles interviewing surviving Orphan Train riders and their descendants, saving their stories in her books called "By Train They Came: Fragile Excess Baggage" and "Plains Bound: Fragile Cargo."

The books are available at Amazon, Barnes and Noble, and Alibri, or at www.unsungneighbors.com

Charlotte Endorf's presentation at the Dundy County Senior Center in Benkelman was funded with a grant and was made possible by the Nebraska Humanities Council and the Nebraska Cultural Endowment.


Orphan Train Facts & Worksheets

Cliquez sur le bouton ci-dessous pour accéder instantanément à ces feuilles de travail à utiliser en classe ou à la maison.

Télécharger cette feuille de travail

Ce téléchargement est exclusivement réservé aux membres Premium de KidsKonnect !
Pour télécharger cette feuille de travail, cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous inscrire (cela ne prend qu'une minute) et vous serez ramené directement à cette page pour commencer le téléchargement !

Modifier cette feuille de travail

Les ressources d'édition sont disponibles exclusivement pour les membres Premium de KidsKonnect.
Pour modifier cette feuille de calcul, cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous inscrire (cela ne prend qu'une minute) et vous serez ramené directement à cette page pour commencer à éditer !

Cette feuille de calcul peut être modifiée par les membres Premium à l'aide du logiciel en ligne gratuit Google Slides. Clique le Éditer bouton ci-dessus pour commencer.

Télécharger cet exemple

Cet échantillon est exclusivement réservé aux membres KidsKonnect !
Pour télécharger cette feuille de travail, cliquez sur le bouton ci-dessous pour vous inscrire gratuitement (cela ne prend qu'une minute) et vous serez ramené directement à cette page pour commencer le téléchargement !

Les Orphan Train Movement was a supervised welfare program that transported orphaned and homeless children from crowded Eastern cities of the United States to foster homes located largely in rural areas of the Midwest. The orphan trains operated between 1853 and 1929, relocating about 250,000 orphaned, abandoned, or homeless children. See the fact file below for more information about the Orphan Train movement or download the entire 15 page premium worksheet pack.

  • The term “Orphan Train” refers to a time in American history from 1854-1929. During this time, an estimated 150,000 homeless children were placed on trains and taken to rural areas in the Midwest and West in search of homes where the they could live and work. The children ranged in age from as young as about one year to 17.
  • These homeless children came mostly from large cities on the east coast, such as New York and Boston. Most children were poor and many had been in trouble with the law. Many times, children were separated from their brothers and sisters during these moves. Some never saw their siblings again.
  • Part of the problem was that there was almost no need for work in the large cities. Large numbers of immigrants had flooded into the major Northeast cities, especially New York, between 1847 and 1860. There wasn’t enough work to go around.
  • Poverty and disease were common in the crowded areas where these new immigrants lived. There weren’t any extended families to help out if parents became sick or died. At this time, homelessness was a huge problem and thousands of children resorted to theft in order to survive. These orphaned children were often placed in large institutions.
  • At the same time, the midwestern and western farmers suffered a severe labor shortage. They needed help with the work on their farms and ranches.
  • The Orphan Train era was initiated by social welfare reformer Charles Loring Brace of the Children’s Aid Society in New York. Brace urged that children of the poor be given an opportunity to live and work with another family. Another group, The New York Foundling Hospital, was also determined to help these children. This period of mass relocation of children in the United States is widely recognized as the beginning of foster care in the United States.
  • When the orphan train movement began, it was estimated that 30,000 abandoned children were living on the streets of New York City. Between 1854 and 1929 an estimated 200,000 orphaned, abandoned, and homeless children were placed during, what is known today as the Orphan Train Movement. The name of the movement came from the trains that moved these children throughout the 47 states and Canada.
  • The children were accompanied on the train by adults, often Catholic nuns. The children left the train at each stop and were chosen or not chosen by the people who came to the station to see them. In some cases, the match was made ahead of time, and the couple would present a number to the chaperones who would match the number to the child wearing the same number.
  • Some of the Orphan Train children were eventually adopted, but many were not. Some were “indentured,” which means their labor was sold to waiting farmers and were considered to be not much more than slave labor. Many were taken in as one of the family and raised as if they had been adopted, whether or not the actual adoption paperwork had been completed.
  • The Orphan Train movement provided many children with homes during a very difficult time. Many of these children were loved and treated very well, but many were not. Many children were separated from parents and siblings for the remainder of their lives.

The Orphan Train Worksheets

This bundle includes 12 ready-to-use Orphan Train worksheets that are perfect for students to learn about the supervised welfare program that transported orphaned and homeless children from crowded Eastern cities of the United States to foster homes located largely in rural areas of the Midwest.

Ce téléchargement comprend les feuilles de travail suivantes :

  • Orphan Train Facts
  • Orphan Train Word Search
  • Is it True?
  • Cause and Effect
  • The Orphan Train’s Route
  • Picture Analysis
  • Positive and Negative
  • Happy or Sad?
  • I Therefore Conclude…
  • How Can I Help?
  • Love for the Children

Lier/citer cette page

Si vous référencez le contenu de cette page sur votre propre site Web, veuillez utiliser le code ci-dessous pour citer cette page comme source originale.

Utiliser avec n'importe quel programme

Ces feuilles de travail ont été spécialement conçues pour être utilisées avec n'importe quel programme d'études international. Vous pouvez utiliser ces feuilles de travail telles quelles ou les modifier à l'aide de Google Slides pour les rendre plus spécifiques aux niveaux d'aptitude de vos élèves et aux normes du programme d'études.


'Orphan Trains' Brought Homeless NYC Children to Work On Farms Out West - HISTORY

Above, a 1934 plaque from the Big Apple Night Club at West 135th Street and Seventh Avenue in Harlem. Discarded as trash in 2006. Now a Popeye's fast food restaurant on Google Maps.

Above, Big Apple Corner at 54th Street and Broadway in Manhattan. Google Maps.

Above, John J. Fitz Gerald, from the Aug. 15, 1931, Binghamton (NY) presse, pg. 14.

Listen to Robert Emmerich introduce "The Big Apple," a hit song from 1937. Music written by Bob and performed by Tommy Dorsey's Clambake Seven with Bob on piano. Lyrics written by Buddy Bernier and sung by Edythe Wright. Audio provided by Dorothy Emmerich.

Also listen to a 1937 "The Big Apple" song by Ozzie Nelson and his Orchestra. See a 1929 photo of John J. Fitz Gerald and a 1931 photo of John J. Fitz Gerald.

The "orphan trains" operated from about 1850-1929, sponsored by the Children's Aid Society and other societies. The trains moved children from the slums of New York City to the country, mostly out West.

The program often did not involve "orphans." Many of the children on the trains came from poor, immigrant families and were separated forever from their birth families. The discontinued program is seen in an increasingly controversial light today.

The children ranged in age from about six to 18 and shared a common grim existence. Homeless or neglected, they lived in New York City's streets and slums with little or no hope of a successful future. Their numbers were large - an estimated 30,000 children were homeless in New York City in the 1850s.

Charles Loring Brace, the founder of The Children's Aid Society, believed that there was a way to change the futures of these children. By removing youngsters from the poverty and debauchery of the city streets and placing them in morally upright farm families, he thought they would have a chance of escaping a lifetime of suffering. He proposed that these children be sent by train to live and work on farms out west. They would be placed in homes for free but they would serve as an extra pair of hands to help with chores around the farm. They wouldn't be indentured. In fact, older children placed by The Children's Aid Society were to be paid for their labors.

The Orphan Train Movement lasted from 1853 to the early 1900s and more than 120,000 children were placed. This ambitious, unusual and controversial social experiment is now recognized as the beginning of the foster care concept in the United States.

Orphan Trains stopped at more than 45 states across the country as well as Canada and Mexico. During the early years, Indiana received the largest number of children. There were numerous agencies nationwide that placed children on trains to go to foster homes. In New York, besides CAS, other agencies that placed children included Children's Village (then known as the New York Juvenile Asylum), what is now New York Foundling Hospital and the former Orphan Asylum Society of the City of New York, which is now the Graham-Windham Home for Children.

Some of the children struggled in their newfound surrounding, while many others went on to lead simple, very normal lives, raising their families and working towards the American dream. Although records weren't always well kept, some of the children placed in the West went on to great successes. There were two governors, one congressman, one sheriff, two district attorneys, three county commissioners as well as numerous bankers, lawyers, physicians, journalists, ministers, teachers and businessmen.

The Orphan Train Movement and the success of other CAS initiatives led to a host of child welfare reforms including child labor laws, adoption and the establishment of foster care services, public education, the provision of health care and nutrition and vocational training.

The last generation of Orphan Train riders is still living in towns across the United States. They keep in touch with each other through the Orphan Train Heritage Society and through CAS. Based in Fayetteville, Arkansas, the Orphan Train Society helps members establish and maintain family contacts, retrace their roots and preserve the history of the Orphan Train Movement.

http://www.pbs.org/wgbh/amex/orphan/
Eighty years ago, Elliot Bobo was taken from his alcoholic father's home, given a small cardboard suitcase, and put on board an "orphan train" bound for Arkansas. Bobo never saw his father again. He was one of tens of thousands of neglected and orphaned children who over a 75-year period were uprooted from the city and sent by train to farming communities to start new lives with new families. Elliot Bobo's remarkable story is part of The Orphan Trains.

The story of this ambitious and finally controversial effort to rescue poor and homeless children begins in the 1850s, when thousands of children roamed the streets of New York in search of money, food and shelter -- prey to disease and crime. Many sold matches, rags, or newspapers to survive. For protection against street violence, they banded together and formed gangs. Police, faced with a growing problem, were known to arrest vagrant children--some as young as five -- locking them up with adult criminals.

In 1853, a young minister, Charles Loring Brace, became obsessed by the plight of these children, who because of their wanderings, were known as "street Arabs." A member of a prominent Connecticut family, Brace had come to New York to complete his seminary training. Horrified by the conditions he saw on the street, Brace was persuaded there was only one way to help these "children of unhappy fortune."

"The great duty," he wrote, "is to get utterly out of their surroundings and to send them away to kind Christian homes in the country."

In 1853, Brace founded the Children's Aid Society to arrange the trips, raise the money, and obtain the legal permissions needed for relocation. Between 1854 and 1929, more than 100,000 children were sent, via orphan trains, to new homes in rural America. Recognizing the need for labor in the expanding farm country, Brace believed that farmers would welcome homeless children, take them into their homes and treat them as their own. His program would turn out to be a forerunner of modern foster care.

17 May 1859, New York Fois, "The Cure of Juvenile Crime," pg. 4:
It is a growing opinion that street-begging should not be tolerated, and that the whole tribe of small peddlers should be carefully watched by the police, lest they be only beggars in disguise, or even something worse. The Children's Aid Society has done a great work in thinning out of the City this class. Its working agents labor incessantly to induce whole squadrons of them to emigrate to the West. The economy of this disposition, so far as this City is concerned, is as obvious as its wisdom, -- the whole cost of their emigration, including all their preparation, averaging only some $12 to $15 each.

21 June 1859, New York Fois, "Different Charities for Children" (letter by "CIVIS), pg. 2:
For example, the chief end and aim of the Children's Aid Society being the immediate transplanting of its children into the country among respectable and virtuous families, this Society should be extremely careful not to receive or transplant any but those who are in a fit moral and mental condition to be so placed. All those who are below this standard should be handed over by them to one of the other Societies for the needful training and discipline, as they have no accommodations of their own for that purpose. The transplanting of vicious children into the families of virtuous and respectable farmers at the West, (especially where they have children of their own,) to contaminate and ruin those they are thrown with is now complained of from that section, and must be remedied and this remark applies to all our Societies in a great or less degree.

21 April 1860, Christian Inquirer, "Children's Aid Society" by John Earl Williams, pg. 1:
In the pamphlet this Society has recently published, "On Pauper and Vagrant Children," are contained about fifty letters selected from a much larger number received by the officers, written from twelve different States, and more than four times as many towns. They are from prominent gentlemen, clergymen, bankers, farmers, judges, and lawyers, mostly from the West, where the main body of the children have been placed. They speak, i nthe most satisfactory terms, of the general conduct of our children, and particularize many instances of rare merits. When compared with children sent from other institutions, the preponderance of testimony is in favor of those received from the Children's Aid Society. These letters, and those received from the boys themselves, from whom we are constantly receiving accounts of their progress and experience, establish the remarkable success of our work. Indeed, if it were not a success, it must long ago have shown itself a failure! For we have sent from New York several thousand persons, mostly children, to new homes in the West. Their reception was entirely voluntary on the part of those who took them, while their stay there has been equally voluntary on the part of the children. We say, therefore, it would have shown itself a failure, in the indignant refusal of the West to receive our children into their families, had they proved pests and scourges, instead of being, as we can prove they are, aids and useful members of the different communities into which they have gone.

Proof of the good influence on the West by our youthful emigrants is found in the increasing welcome with which the people there receive our agents and the children. One clergyman told Mr. TRACY, our principal agent, that the children had done the families and communities into which they had come more good than the people had done them! Indeed ,the evidence on this point now in our possession is conclusive, and cannot be controverted by any authentic statement of facts.

8 February 1978, New York Fois, "Children's Aid Society: 125 Years of Giving 'Street Kids' a Fair Chance" by Laurie Johnston, pg. B1:
Mr. Brace founded the Children's Aid Society in 1853, proposing that its paid agents and volunteers would secure homes with families for the children and, by means of industrial schools to teach trades, "put them in the way of an honest living." In addition, as a "means of draining the city of these children." Mr. Brace hit on a plan right out of the Pied Piper.

"Orphan Trains" to Middle West

Over the next 75 years, the society shepherded nearly 100,000 New York children to the Middle West in "orphan trains." Away from the city's "vileness, " they were offered for selection (or potential rejection) by "wholesome," mostly farm-dwelling families ready to do their moral duty by providing plentiful food, little if any wages and, frequently, love in return for their help with chores.

11 July 1978, Los Angeles Fois, pg. I1:
From Slums to
Country on the
"Orphan Train"

15 July 1984, Los Angeles Fois, pg. GB6:
Orphan Train Rolling Again
Saga of Abandoned Children Recounted in Musical

12 November 1988, New York Fois, pg. 29:
Leafing Back:
When Orphans
Were Sent West

15 December 1990, New York Fois, "Misguided 'Orphan Trains' Idea Rolls On" by Richard Wexler (letter), pg. 26:
Your account of the children forced aboard the "orphan trains" of the 19th and early 20th centuries to be farmed out to strangers (news article, Nov. 20) is the version that the Children's Aid Society likes to tell. There is another side.

You describe the children as orphaned or abandoned. Often they were neither. Data from the society's own records suggest that anywhere from 39 percent to almost half the children had at least one parent still alive, and for most of this group both parents were still living.

In 1872 Thomas P. Norris, president of the Board of Commissioners of Kings County, complained that parents had been coerced into surrendering their children, and many were forced aboard the "orphan trains" without the knowledge or consent of their parents. At a Conference of Charities in 1893 an official of one of the receiving states, North Carolina, charged that the so-called orphans were placed with people who "treat them as slaves."

The children on these trains were the children of the immigrant poor, a group feared and despised by the society's founder, Charles Loring Brace. Most of them were Roman Catholics, a group Brace particularly loathed, as he made clear in his own writing. Brace believed that "gemmules" in the parents' blood made them genetically inferior and their children could be "saved" only by removal from parental influence.

I am searching my ancestory and it has been told to me that my grandmother was one of the children on an orphan train. Can anyone help me find out if she was. Her name was Florence Mae Oakes.
She was born on February 24, 1911.
I would really appreciate any help with this.
Thanks Jim


Orphan Trains of Nebraska

From 1854 to 1929, signs like this were posted and published all across the Midwest. Over 150,000 orphaned, homeless or neglected children were uprooted from the city and sent by "Orphan Trains" to farming communities, primarily in the Midwest, to be adopted out to good homes. In this way, the city of New York was not only drastically reducing their orphan problems, -- they were also aiding others who desperately wanted children. The children were taken by train and often lined up at predetermined stops to be "looked over" and adopted (or in many cases indentured). Those not selected were taken to the next stop in hopes of finding a new home. For many children, life improved because they found homes with loving adults to care for them. Others, however, were not so fortunate, and their lives became more miserable as they found themselves in homes where they were used chiefly for slave labor. (in 1927, there were still 12 states, Wisconsin, Illinois, Michigan, Indiana, Pennsylvania, Arkansas, Massachusetts, Rhode Island, Virginia, West Virginia, Nebraska and Kansas allowing indenture of children who had been turned over to poor farms or county authorities) And even though the "Orphan Train" brings thoughts of poor orphaned children, this was not always the case. Many of the children still had parents, but their family could not care for them and put them into state run homes, until they could get back on their feet. When the official transporting of children was ended in 1930, the migration of these children encompassed 47 states!

Howard Hurd, known as Howie, took immense delight in sharing his story, and that of other riders to anyone that was interested. School projects were one of his favorites, and he was a wealth of information. He and his brother Fred kept the spirit of the Orphan trains alive, and we at the NEGenWeb will continue to carry on his mission.. seeking riders, answering questions, and telling the stories of the riders.

If you have Rider stories or newspaper articles to share.. please contact me!

If your ancestor was a child of the Orphan Train you can contact the following agencies for further assistance. (However, you MUST know your ancestors name). Birth information, etc. would make the search easier.


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos