Nouveau

Histoire des Bahamas - Histoire

Histoire des Bahamas - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Bahamas

En 1492, Christophe Colomb a touché terre pour la première fois dans l'hémisphère occidental aux Bahamas. Les marchands d'esclaves espagnols capturèrent plus tard les Indiens Lucayas indigènes pour travailler dans les mines d'or d'Hispaniola, et en 25 ans, tous les Lucayas périrent. En 1647, un groupe de réfugiés religieux anglais et bermudiens, les Eleutheran Adventurers, fondèrent la première colonie européenne permanente aux Bahamas et donnèrent son nom à l'île d'Eleuthera. Des groupes similaires de colons ont formé des gouvernements aux Bahamas jusqu'à ce que les îles deviennent une colonie de la Couronne britannique en 1717.

Le premier gouverneur royal, un ancien pirate nommé Woodes Rogers, a instauré la loi et l'ordre aux Bahamas en 1718, lorsqu'il a expulsé les boucaniers qui avaient utilisé les îles comme cachettes. Pendant la guerre de Sécession, les Bahamas ont prospéré en tant que centre du blocus confédéré. Après la Première Guerre mondiale, les îles ont servi de base aux rumrunners américains. Pendant la Seconde Guerre mondiale, les Alliés ont centré leur entraînement au vol et leurs opérations anti-sous-marines pour les Caraïbes aux Bahamas. Depuis lors, les Bahamas sont devenues un important centre de services touristiques et financiers.

Les Bahamiens ont atteint l'autonomie grâce à une série de mesures constitutionnelles et politiques, atteignant l'autonomie interne en 1964 et l'indépendance totale au sein du Commonwealth le 10 juillet 1973.


Histoire aux Bahamas

Après que Colomb ait touché terre pour la première fois quelque part aux Bahamas, Ponce de León a voyagé ici en 1513 à la recherche de la légendaire fontaine de jouvence. Ce voyage a d'ailleurs conduit à la découverte européenne de la Floride et du Gulf Stream, mais pas de la fontaine magique. L'historien de Ponce de León a décrit les eaux du banc Little Bahama, juste au nord de Grand Bahama, comme bajamar (prononcé "ba-ha-Mar," Espagnol pour eau peu profonde). Cela semble être une source raisonnable du nom des Bahamas.

C'est Colomb, débarquant le 12 octobre 1492, qui rencontra les habitants de l'île, les Indiens Arawak appelés Lucayans. Il a rebaptisé une île, appelée Guanahani par ses habitants indigènes, San Salvador. Au fil des ans, il y a eu beaucoup de différends quant à savoir de quelle île il s'agissait. Il y a longtemps, il a été décidé que le premier atterrissage du découvreur dans le Nouveau Monde était un endroit connu sous le nom de Watling Island - le San Salvador d'aujourd'hui. Des réclamations récentes, cependant, placent le premier atterrissage sur Samana Cay, à 105 km (65 miles) au sud-est de ce qu'on appelle maintenant San Salvador. En 1986, National Geographic a proposé et soutenu cette île comme étant l'endroit où Colomb a touché terre.

On pense que les Lucayans Columbus rencontrés sont venus dans les îles vers le 8ème siècle après JC des Grandes Antilles (mais originaires d'Amérique du Sud), ils cherchaient refuge contre les sauvages Caraïbes qui vivaient alors dans les Petites Antilles. Les Lucayens étaient des gens pacifiques. Ils ont accueilli les Espagnols et leur ont enseigné un savoir-faire bientôt partagé avec tout le monde marin : comment fabriquer des hamacs à partir d'un tissu de coton épais.

Les Espagnols, qui ont revendiqué les îles des Bahamas pour leur roi et leur reine, n'ont pas gentiment remboursé les Lucayens. Ne trouvant ni mines d'or ni d'argent ni sol fertile, les conquistadors ont nettoyé les îles de leurs habitants, emmenant quelque 40 000 Lucayens condamnés vers d'autres îles de la Nouvelle-Espagne pour travailler dans les mines ou plonger pour les perles. Les références aux îles découvertes pour la première fois par Colomb sont presque nulles après cette période pendant environ 135 ans.

La venue des anglais

L'Angleterre a officiellement revendiqué les Bahamas en 1629. Aucun règlement n'a eu lieu, cependant, jusqu'aux années 1640, lorsque des différends religieux ont éclaté aux Bermudes et en Angleterre. Les colons anglais et bermudiens ont navigué vers une île appelée Cigatoo, ont changé le nom en Eleuthera (du mot grec pour la liberté) et ont lancé une dure bataille pour la survie. Beaucoup se sont découragés et sont retournés aux Bermudes, mais quelques âmes robustes se sont accrochées, vivant des produits de la mer - poisson, ambre gris et récupération d'épaves.

D'autres personnes des Bermudes et de l'Angleterre ont suivi, et l'île de New Providence a été colonisée en 1656. Ils ont planté du coton, du tabac et de la canne à sucre et ont établi Charles Towne, en l'honneur de Charles II, dans le port.

L'économie agricole prometteuse fut de courte durée. Plusieurs gouverneurs de cette époque étaient corrompus et les îles devinrent bientôt un refuge pour les boucaniers anglais, hollandais et français qui pillèrent les navires de l'Espagne, le pays qui contrôlait les mers. Les Espagnols ont répondu en ravageant à plusieurs reprises New Providence pour se venger, provoquant le départ de nombreux colons. Les autres ont apparemment trouvé que les pirates étaient une bonne source de revenus. Les corsaires, un type de flibustiers un peu plus respectable (ils avaient la permission de leur souverain de s'attaquer aux navires ennemis), ont également découvert que les nombreux îlots, hauts-fonds difficiles et ports secrets des Bahamas étaient de bonnes cachettes pour les navires naviguant entre le Nouveau et l'Ancien monde. .

À la fin du XVIIe siècle, le nom de Charles Towne a été changé en Nassau pour honorer le roi Guillaume III, alors sur le trône britannique, qui portait également le titre de prince de Nassau. Mais le changement de nomenclature n'a pas apaisé la capitale en difficulté, car quelque 1 000 pirates vivaient toujours à New Providence.

Enfin, les appels des marchands et des insulaires respectueux des lois pour le contrôle de la Couronne ont été entendus, et en 1717, les seigneurs propriétaires ont remis le gouvernement des Bahamas, à la fois civil et militaire, au roi George I, qui a chargé le capitaine Woodes Rogers comme le premier gouverneur royal.

Rogers a saisi des centaines de pirates sans foi ni loi. Certains ont été envoyés en Angleterre pour être jugés. Huit ont été pendus. D'autres ont reçu le pardon du roi, promettant par la suite de mener une vie respectueuse des lois. Rogers a ensuite été autorisé à mettre en place une assemblée représentative, le précurseur du Parlement d'aujourd'hui. Malgré des interruptions telles que la capture de Nassau par la marine américaine naissante en 1776 (dans quelques jours) et la reddition de la colonie de la Couronne à l'Espagne en 1782 (d'une durée de près d'un an), le gouvernement des Bahamas depuis l'époque de Rogers a été menée de façon ordonnée. La question espagnole a été réglée au début de 1783 dans la paix de Versailles, lorsque l'Espagne a cédé définitivement les Bahamas à la Grande-Bretagne, mettant fin à quelque 300 ans de propriété contestée.

Loyalistes, bloqueurs et bootleggers

Après la Révolution américaine, plusieurs milliers de loyalistes des anciennes colonies ont émigré aux Bahamas. Certains d'entre eux, en particulier les sudistes, ont amené leurs esclaves noirs avec eux et ont tenté leur chance en plantant du coton des îles de la mer dans les îles Out, comme on appelait les îles autres que New Providence. La culture du coton n'a pas été un succès, car les plantes sont devenues la proie de la punaise chenille, mais à ce moment-là, les anciens planteurs de Deep South avaient appris à pêcher, à cultiver des légumes et à subvenir aux besoins de leurs familles et de leurs serviteurs par d'autres moyens.

Les premiers colons blancs des Bahamas avaient également amené des esclaves avec eux, mais avec la loi sur l'émancipation du Royaume-Uni de 1834, les esclaves ont été libérés et le gouvernement a indemnisé les anciens propriétaires pour leur « perte de propriété ». Ce fut une transition assez pacifique, même s'il s'est écoulé de nombreuses années avant qu'une véritable égalité ne soit constatée.

La guerre civile en Amérique a apporté une prospérité passagère aux Bahamas grâce au blocus. Nassau est devenu une base vitale pour la Confédération, avec des navires transportant des produits manufacturés dans les Carolines et faisant sortir du coton. La victoire de l'Union a mis fin au blocus et a plongé Nassau dans la dépression économique.

Le prochain véritable boom dont les insulaires ont bénéficié a été engendré par la prohibition américaine. Comme avec les coureurs de blocus - mais cette fois avec des bateaux plus rapides et plus nombreux - les coureurs de rhum ont agité les eaux entre les Bahamas et les États du sud-est. De l'adoption du 18e amendement en 1919 à l'abrogation de cette loi en 1933, Nassau, Bimini et Grand Bahama ont servi de bases pour faire circuler des boissons alcoolisées de contrebande à travers le Gulf Stream pour apaiser la soif des Américains. Des batailles incessantes ont été menées entre les garde-côtes américains et cette nouvelle génération de flibustiers. Lorsque les États-Unis ont abrogé la Prohibition, cela a porté un nouveau coup dur à l'économie des Bahamas.

Le 17 août 1940, le duc et la duchesse de Windsor arrivent à Nassau, suite à sa nomination comme gouverneur de la colonie. Le duc avait abdiqué en tant que roi Édouard VIII pour épouser la femme qu'il aimait, une Américaine divorcée nommée Mme Simpson. Les habitants des Bahamas ont été choqués qu'une figure autrefois puissante se soit vu confier le poste de gouverner leur colonie appauvrie, considérée comme un marigot de l'Empire britannique. Le duc s'est efforcé de rendre les Bahamas autosuffisantes et de créer plus d'emplois.

La Seconde Guerre mondiale a guéri les blessures des jours de contrebande, car les Bahamas servaient de station aérienne et maritime de l'Atlantique. De là, le pays a hérité de deux aéroports construits pour l'utilisation par l'US Air Force pendant les hostilités avec les Allemands. Les îles étaient d'une importance stratégique lorsque les sous-marins nazis ont fait irruption dans les eaux côtières de l'Atlantique et des Caraïbes. Aujourd'hui, des stations de poursuite de missiles américaines existent toujours sur certaines des îles périphériques.

Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, la politique des partis s'est développée aux Bahamas alors que l'indépendance de la Grande-Bretagne semblait plus possible. En 1967, Lynden Pindling est devenu Premier ministre après avoir remporté une élection serrée.

Il est resté au pouvoir jusqu'en 1992 dans une administration pleine de scandales et de corruption. Il a finalement été battu en 1992 par Hubert Ingraham (discuté plus haut). Perry Gladstone Christie a ensuite battu Ingraham et a été Premier ministre de 2002 à 2007, date à laquelle Ingraham est revenu au pouvoir.

Lors des élections de 1972, le peuple bahamien a opté pour une indépendance totale. Les Bahamas ont accepté de faire partie du Commonwealth britannique, présidé par la reine Elizabeth II. Son futur représentant désigné ne serait qu'un gouverneur général, occupant un poste ritualisé avec un pouvoir essentiellement symbolique.

Le Commonwealth des Bahamas a vu le jour en 1973, ce qui en fait le 143e État souverain du monde. Son gouvernement devait être ministériel avec une législature bicamérale et dirigé par un Premier ministre et un pouvoir judiciaire indépendant. La fin de siècles de domination coloniale a en fait été signalée en 1964, lorsque les Bahamas ont obtenu l'autonomie interne en attendant la rédaction d'une constitution, qui a été adoptée en 1969. Par choix, la nation insulaire n'a pas complètement rompu ses liens avec la Grande-Bretagne, préférant rester dans le Commonwealth des Nations avec le monarque britannique comme chef d'État.

Alors que les Bahamas deviennent un terrain de prédilection pour les célébrités, l'archipel est également devenu le théâtre de plusieurs scandales récents, dont chacun a favorisé une série apparemment interminable de poursuites et de gros titres de tabloïd.

Il y a eu la mort de la blonde et plantureuse Anna Nicole Smith, qui, bien que vivant à Nassau à l'époque, est décédée dans une chambre d'hôtel en Floride en février 2007. Après une longue bataille juridique, elle a été enterrée sur l'île de New Providence à côté de ses 20- Daniel, son fils d'un an, décédé d'une combinaison mortelle de méthadone et de deux types d'antidépresseurs dans une chambre d'hôpital où sa mère avait déjà donné naissance à Dannielynn, une fille.

En janvier 2009, Jett, le fils de 16 ans de John Travolta, est décédé à Nassau des complications associées à une crise. Dans une affaire incroyablement compliquée, que les journalistes ont eu du mal à expliquer clairement au public, le chauffeur d'ambulance Tarino Lightbourne et son avocat, le politicien Pleasant Bridgewater, ont été accusés d'avoir demandé 25 millions de dollars à l'acteur pour les empêcher de révéler des informations privées sur la mort de son fils.

Bridgewater a démissionné de son siège au Sénat des Bahamas après avoir été inculpée dans cette affaire. Cette tentative d'extorsion a été jugée, mais un procès a été annulé.

Noter: Ces informations étaient exactes au moment de leur publication, mais peuvent changer sans préavis. Assurez-vous de confirmer tous les tarifs et détails directement avec les entreprises en question avant de planifier votre voyage.


Histoire d'Éleuthère

Eleuthera a commencé, comme le font la plupart des îles, comme un récif de corail. Il a progressivement pris une forme très inhabituelle, longue et mince, avec beaucoup de rivages. Il est également inhabituel en ce qu'il est relativement vallonné, atteignant une altitude de 100 pieds, beaucoup plus que la plupart des autres îles des Bahamas et de la Floride. Ce fait lui donne un avantage scénique, non partagé par les autres îles de la famille, ou îles Out. En règle générale, Eleuthera est 3 à 4 degrés plus froide que la Floride, avec des brises de mer constantes, les oiseaux abondent et sont typiquement entendus partout, une fois en dehors des villes.

L'histoire de l'homme sur Eleuthera commence avec les Arawaks.

Ils sont venus à Eleuthera de la côte du Yucatan au Mexique et en Floride. Ils savaient tisser des étoffes de coton et fabriquaient des lances avec des hameçons en écaille de tortue. Ils vivaient principalement de poissons et de crustacés. (Au fait, c'est des Arawaks, que l'on tire les trois mots, "iguane", "avocat" et "goyave"). Les Arawaks, peuple pacifique, n'ont pas été déplacés par les belliqueux Caraïbes, qui l'ont fait dans toutes les autres Petites Antilles.

À la fin des années 1400, les Espagnols sont apparus dans la région, dirigés par Christophe Colomb.

Les Espagnols ont essentiellement décimé la population des Bahamas en tuant les résidents ou en les exportant pour l'esclavage. Très peu de survivants ont survécu et les Bahamas, y compris Eleuthera, sont devenues très désolées, à l'exception de petites poches de survivants. Ainsi, les Bahamas étaient comme ça pendant les 200 prochaines années.

La première carte connue de la zone appelée Eleuthera "Cigateo", du nom Arawak, "Cigatoo". Selon l'époque, les cartographes ont changé les noms de l'île, comme le montre le tableau suivant :

ANNÉE NOM CARTOGRAPHE
1700 Îles Lucayous puits
1749 Cigateo Alebaster Îles Lucayous Robert (Fr)
1761 Albâtre d'Anville
1784 Île du port Bowles
1796 Eleuthera Olim Ciguateo de la Rockette
1815 Éleuthéra Wilkinson
1832 Eleuthera, île d'Ethera, Cigateo, Blair

Un nom très important dans l'histoire d'Eleuthera, William Sayle, est attribué au nom de l'île "Eleuthera", qui est une variante du mot grec pour la liberté. Il avait été gouverneur des Bermudes, mais était tombé en disgrâce auprès de la couronne d'Angleterre. Par conséquent, il voulait quitter les Bermudes pour rechercher la liberté, et il a choisi Eleuthera, car les Bahamas étaient le groupe d'îles le plus proche des Bermudes. Il retourna à Londres et demanda au Parlement de régler Eleuthera en 1654 (voir page 43 pour le texte de la pétition), ce qu'il considérait comme une « utopie ». Il a promis à chaque colon 300 acres de terre, à la fin du voyage vers Eleuthera.

Cependant, le voyage ne s'est pas terminé en douceur, l'un des deux navires a fait naufrage dans la périlleuse partie nord d'Eleuthera, détruisant une grande partie de leurs approvisionnements. Il débarqua la plupart des colons à Preacher's Cave et se rendit en Virginie pour d'autres provisions. Quand il est revenu avec plus de fournitures, il a divisé le groupe en un groupe qui s'est rendu dans la zone maintenant connue sous le nom de "The Current", et son groupe est allé à Governor's Harbour.


La grotte du prédicateur aujourd'hui

Le sol était très rocailleux et difficile à cultiver, et le groupe a continué à endurer des difficultés. Un éclairage secondaire intéressant est que le gouverneur Winthrop du Massachusetts a entendu parler de leur situation critique et a envoyé des fournitures. En signe de gratitude, les colons ont légué 7 tonnes de bois Brazilletto au jeune Harvard College. En 1958, l'Université Harvard a présenté à Governor's Harbour une plaque en bois Braziletto en commémoration de cette contribution, qui se trouve encore aujourd'hui dans la bibliothèque publique.

Quoi qu'il en soit, les colons ont construit des maisons en bois à Cupid's Cay, à Governor's Harbour. William Sayle est retourné aux Bermudes, où il a finalement regagné les faveurs de la couronne et a été renommé gouverneur des Bermudes. Il envoya ses fils gouverner Eleuthera à sa place.

La phase suivante de l'histoire a été dominée par les pirates et les boucaniers. Les Bahamas en général, devinrent le quartier général des pirates, en particulier Nassau. Le seul contact réel qu'Eleuthera ait eu avec les pirates était un raid de "Calico" Jack sur Harbour Island, où il a brûlé quelques bateaux de pêche.

Ensuite, les Anglais ont pris un contrôle plus strict des îles, surtout après la guerre d'indépendance américaine. Après leur défaite, de nombreux Anglais ne voulaient pas rester aux États-Unis. Par conséquent, beaucoup ont émigré avec leurs esclaves aux Bahamas, faisant doubler la population blanche des Bahamas et tripler la population noire. Les sujets britanniques ont reçu des terres pour les aider à démarrer dans leur nouveau pays.

Vint ensuite la période de la guerre civile américaine. Cela a eu un effet sur les Bahamas après sa fin, et les esclaves ont rapidement été émancipés par la reine Victoria en 1834.

Diverses personnes ont alors tenté d'améliorer le sort des îles Éleuthères, dont un révérend Turton. Il est allé à Tarpon Bay et a ceci à dire.

A cette époque, le "démolition", ou le sauvetage des bateaux naufragés, est devenu un pilier de l'économie. En fait, diverses astuces étaient utilisées pour attirer les navires vers les récifs, dans la partie nord de l'île. En fait, sur un grand récif au large de Spanish Wells, un récif appelé "Devil's Backbone", il existe aujourd'hui de nombreuses épaves attestant du succès de la ruse suivante. en pensant qu'ils étaient les lumières des phares, et faire dévier les navires sur les rochers. C'était particulièrement populaire à Spanish Wells et à Harbour Island. La population locale a même résisté à la construction de phares, à l'époque de 1845-1870, bien que plus de 300 navires aient fait naufrage au fil des ans, car le "démolition" a donné un coup de fouet à l'économie locale.

Les fermes d'ananas ont ensuite pris de l'importance. L'ananas a été introduit plus tôt, au milieu du XVIIIe siècle. Mais ce n'est qu'au tournant du siècle qu'il devient vraiment populaire. Le sol rouge d'Eleuthera avait été idéal pour la croissance des ananas. Agriculteur de premier plan, Jabez Pyfrom était à l'époque l'un des principaux producteurs d'ananas. L'économie d'Eleuthera a prospéré et il y avait beaucoup de prospérité. À un moment donné, 40 goélettes étaient ancrées à Governor's Harbour, attendant la récolte des fameux ananas (description de la récolte des ananas en 1900).

Mais cette prospérité ne devait pas durer. Le gouvernement américain a commencé à subventionner les industries de l'ananas de Cuba et d'Hawaï, sapant la récolte d'Eleuthera, et cette industrie, ainsi que l'économie d'Eleuthera, s'est effondrée. (Pour une histoire plus complète de l'industrie Pineapplye à Eleuthera, allez ICI)

L'exploitation des carrières a ensuite été lancée, pour tenter de relancer l'économie, dans la région de Hatchet Bay. George Benson, un officier anglais à la retraite, a joué un rôle déterminant dans cette entreprise. Il a également commencé la construction de la "coupe" qui est maintenant présente à Hatchet Bay, reliant le lac à l'océan.

Un autre homme célèbre dans l'histoire d'Eleuthera, Austin Levy, est arrivé en 1927 et a formé les « Hatchet Bay Plantations », une ferme laitière et avicole combinée. Il est devenu si grand qu'il a construit ses propres écoles et magasins. À peu près à cette époque, M. Arthur Vining Davis a créé le Rock Sound Club, ainsi qu'une ferme, un quai et des ateliers dans la région de Rock Sound. En fait, la princesse Margaret a déjeuné au Rock Sound Club en 1955. Finalement, M. Davis a vendu ses intérêts à Juan Trippe, un cadre de PanAm Airlines, qui a transformé le club en l'exclusif « Cotton Bay Club », qui est actuellement le seul Robert Trent Jones a conçu un parcours de golf aux Bahamas.

Quelques femmes notables à cette époque étaient Charlotte Blodget et Rosita Forbes. Mme Blodget est arrivée à Governor's Harbour en 1937 et a trouvé beaucoup de chômage. Elle a lancé une entreprise de coquillages et de tissage et a établi un commerce avec Boston. Rosita Forbes, une auteure et journaliste de faible réputation, a abondamment écrit et a mis Eleuthera sur la carte. Elle a construit une maison, appelée "Unicorn Cay" sur un lagon appelé "Half Sound". Cette maison est calquée sur les célèbres "Châteaux sur Loire" en France. Elle a dit

. Ensuite, les "Deux Chevaliers" d'Eleuthera ont pris de l'importance, Sir George Roberts et Sir Roland Symonette ("Pop"). Sir Robert était responsable du développement de l'important système de bateaux postaux inter-îles, qui est toujours important aujourd'hui, dans la livraison des fournitures, ainsi que du courrier. Sir Roland est responsable des routes et de nombreux bâtiments à Eleuthera. Il devint plus tard premier ministre des Bahamas.

D'autres Eleutherans éminents à cette époque comprenaient Asa Pritchard, Sir Harold Christie (immobilier) et George Baker (mise en conserve).

À cette époque, Eleuthera a eu un petit scandale, impliquant le comte Alfred de Monigny, qui avait construit une maison à l'emplacement de ce qui allait devenir plus tard « The French Leave », puis le Club Med. Il semble que le père de sa fiancée ait été assassiné à Nassau. Il a été accusé mais acquitté, mais obligé de quitter les Bahamas.

De par sa situation proche de la Floride, Eleuthera est devenue une station relais entre Columbia et la Floride, comme beaucoup d'autres îles des Bahamas, pour le commerce de la cocaïne, à la fin des années 70 et au début des années 80. Bien que peu impliqués, l'île, son économie et ses habitants ont été définitivement touchés par ce trafic de drogue, qui a, dans l'ensemble, largement disparu en raison de l'activité policière.

Aujourd'hui, l'économie d'Eleuthera se compose principalement de la pêche, de la navigation de plaisance et du tourisme. Il est principalement utilisé par les touristes canadiens, italiens, allemands et américains comme lieu de vacances et, pour certains, comme résidence d'hiver temporaire. Il n'est pas aussi développé que Grand Bahama (Freeport) ou New Providence (Nassau).

À Eleuthera, vous trouverez un monde de soleil et de couleurs brillantes, des plages de sable rose, et de l'eau aigue-marine et azur, où le temps s'écoule et la vie est tranquille et la paix est une réalité et non une illusion.

FAITS DIVERS INTÉRESSANTS SUR ELEUTHERA

  • il y avait une épidémie de choléra à Harbour Island en 1761-1769
  • il y a un vieux cimetière du choléra à Governor's Harbour
  • les baisers publics étaient illégaux après que la cloche de neuf heures ait été sonnée par le shérif de Harbour Island en 1880
  • Spanish Wells est connu pour avoir les meilleurs pêcheurs et épongeurs de l'île
  • la bibliothèque de Governor's Harbour sert également de palais de justice
  • la plupart des habitants de Spanish Wells descendent de pirates ou de premiers colons
  • il y a un contre-courant important entre la petite île de Currant et le continent, fréquemment utilisé par les plongeurs

Sites Web de location de vacances VacationRentalWebsites@gmail.com

&copier 1999 - 2021 | Propulsé par le logiciel de location de vacances API Escapia et généré par les sites Web de location de vacances


Aujourd'hui, Nassau Paradise Island est une destination de vacances où les gens du monde entier affluent pour se détendre et s'amuser au soleil. Cependant, si vous remontiez le temps de quelques centaines d'années, vous découvririez des Bahamas beaucoup plus animées que le paradis décontracté des Caraïbes d'aujourd'hui ! Pendant des siècles, les Bahamas ont été l'hôte de nombreux personnages hauts en couleur et de périodes mouvementées. Ses eaux cristallines et peu profondes et sa proximité avec les principales routes maritimes en ont fait un endroit idéal pour les pirates, les coureurs de rhum et d'autres criminels marins pour mener leurs affaires. Jetons un coup d'œil à quelques-uns des récits passionnants de la vie réelle qui ont contribué à façonner l'histoire des Bahamas.

1492 : DECOUVERTE DES BAHAMAS

Les livres d'histoire nous disent que les îles des Bahamas ont été découvertes par Christophe Colomb en 1492, lorsqu'il a débarqué sur l'île de San Salvador et a décrit son environnement comme "baja mar” (mer peu profonde). En raison de l'emplacement privilégié des Bahamas à proximité de la Floride et des canaux de navigation très fréquentés, il n'a pas fallu longtemps pour que les îles deviennent un lieu de prédilection pour d'autres explorateurs, commerçants et colons - et tous n'aimaient pas obéir à la loi !

FIN des années 1600 : L'ÈRE DE LA PIRATAGE

De la fin des années 1600 au début des années 1700, les pirates étaient nombreux à Nassau. Notre emplacement à proximité de routes maritimes très fréquentées signifiait qu'il y avait toujours beaucoup de navires de passage chargés de marchandises précieuses à voler. Les pirates attiraient les navires marchands lourdement chargés près du rivage en projetant des lumières vives dans le ciel sombre, imitant les phares. Les capitaines, s'attendant à trouver des ports sûrs, guidaient leurs navires dans des récifs peu profonds, où ils feraient naufrage et seraient pillés. Avec des centaines de petites îles dans la région, les pirates ne manquaient pas d'endroits secrets pour cacher leurs trésors nouvellement acquis.

Certains des pirates les plus infâmes du monde ont utilisé l'île paradisiaque de Nassau comme base d'attache pendant cette période. Le plus connu était peut-être Barbe Noire, l'un des pirates les plus violents et les plus terrifiants de tous. Au cours de sa courte carrière d'environ cinq ans, on pense qu'il a capturé 40 navires. Les femmes pirates Anne Bonny et Mary Read, qui ont navigué sous le célèbre Calico Jack, se sont déguisées en hommes – et auraient été tout aussi effrayantes que leurs homologues masculins. En savoir plus sur les pirates les plus redoutables de Nassau !

Vous voulez en savoir plus sur les pirates des Bahamas ? Prévoyez une visite au musée des Pirates de Nassau, où vous pourrez vous plonger dans la vie d'un pirate au tournant du XVIIe siècle !

1695 & 1703 : NASSAU EST DÉTRUIT…DEUX FOIS !

En raison de toute l'activité des pirates dans et autour de Nassau, la ville était largement considérée par les milieux marins comme un endroit dangereux. Pendant l'ère de la piraterie aux Bahamas, tant de navires espagnols ont fait naufrage que les troupes espagnoles ont riposté et détruit la ville en 1695. Nassau a été rapidement reconstruite, avec l'ajout du Vieux Fort de Nassau en 1697 pour aider à protéger la ville. Ce fort a été démoli en 1897, mais trois forts « plus récents » subsistent aujourd'hui : Fort Montagu (1725), Fort Charlotte (1789) et Fort Fincastle (1793). En savoir plus sur les forts de Nassau.

Moins de 10 ans après la première destruction de Nassau, en 1703, les marines française et espagnole ont à nouveau détruit la ville lors d'une expédition connue sous le nom de Raid sur Nassau.

Enfin, en 1718, l'ère de la piraterie prit fin lorsque le roi George nomma Woodes Rogers, un capitaine de vaisseau et corsaire anglais, gouverneur royal des Bahamas. Son travail consistait à rétablir l'ordre aux Bahamas, qui étaient « sans visage ni forme de gouvernement ». Rogers a offert aux pirates un Pardon du Roi - s'ils se rendaient, ils recevraient l'amnistie. Trois cents pirates acceptèrent sa proposition. Les autres ont fui l'île paradisiaque de Nassau et l'ordre a été rétabli.

1861-1865 : GUERRE CIVILE

Bien qu'elle ait créé de nombreuses difficultés pour les États-Unis, la guerre de Sécession a entraîné une forte économie aux Bahamas grâce aux coureurs de blocus. Dans les années 1800, l'industrie textile britannique dépendait du coton du sud des États-Unis pour fabriquer des tissus. Cependant, en raison des blocus de la marine, les navires de Grande-Bretagne ne pouvaient pas accéder aux ports des États du sud pour récupérer leurs cargaisons de coton.

Au lieu de cela, ils navigueraient vers Nassau, où les coureurs de blocus les rencontreraient avec leur précieuse cargaison. Les navires britanniques échangeaient des marchandises contre du coton, que les coureurs du blocus retournaient ensuite à Charleston pour les vendre avec un profit énorme. Il a fallu 48 heures pour parcourir les 560 milles entre Nassau et Charleston, de sorte que les coureurs de blocus ont pu gagner beaucoup d'argent en un temps relativement court.

La fin de la guerre civile signifiait la fin d'une période de prospérité aux Bahamas jusqu'au début de la prohibition.

1919 : INTERDICTION AUX BAHAMAS

En 1919, le 14 e amendement a été adopté aux États-Unis et l'alcool a été interdit. Une fois de plus, les Bahamiens ont saisi une opportunité pour faire fortune !

Au début de la prohibition, les coureurs de rhum des Bahamas faisaient passer du rhum des Caraïbes en contrebande en Floride, un court voyage qui générait un profit décent. Il n'a pas fallu longtemps aux coureurs de rhum pour découvrir qu'il y avait plus d'argent à gagner avec différents types d'alcool, tels que le whisky canadien et écossais, le champagne de France et le gin de Grande-Bretagne. Une seule livraison pourrait valoir 200 000 $. Les Bahamas ont connu la prospérité jusqu'à la fin de la prohibition en 1934.

Ces jours-ci, nous envoyons toujours une partie de notre rhum, mais il y en a beaucoup ici pour votre plaisir ! Pourquoi ne pas réserver une visite de la distillerie John Watling et déguster certains des meilleurs rhums des Caraïbes ?

DÉBUT DES ANNÉES 1900 : LES BAHAMAS ACCUEILLE SES PREMIERS VISITEURS

En 1898, la loi sur les hôtels et les navires à vapeur a été adoptée, devenant ainsi la première étape vers la construction d'hôtels et le service de navires à vapeur aux Bahamas et la naissance de l'industrie du tourisme. Les mêmes caractéristiques qui ont autrefois rendu l'île paradisiaque de Nassau si lucrative pour les pirates - des eaux cristallines et peu profondes, des kilomètres de côtes sablonneuses, la proximité des États-Unis et d'autres endroits des Caraïbes - ont rapidement fait des Bahamas une destination populaire parmi les visiteurs du monde entier.

La prohibition a attiré de nombreux touristes américains aux Bahamas, mais ce n'est qu'en 1961, lorsque Cuba a été fermée aux visiteurs des États-Unis, que le tourisme a vraiment décollé. Le gouvernement des Bahamas a fait du tourisme une priorité, en draguant le port de Nassau afin que six navires de croisière puissent y entrer à la fois, et en construisant le pont qui relie Nassau à Paradise Island.

1973 : INDÉPENDANCE DES BAHAMAS

Les Bahamas sont devenues un pays libre le 10 juillet 1973, et aujourd'hui, nous continuons de célébrer le jour de l'indépendance des Bahamas chaque 10 juillet. Les Bahamas font toujours partie du Commonwealth des nations, la reine Elizabeth II étant la figure de proue du pays.

2017 : LES BAHAMAS AUJOURD'HUI

Aujourd'hui, le tourisme représente au moins la moitié de l'économie des Bahamas, avec jusqu'à six millions de personnes visitant les Bahamas chaque année ! Il n'est pas difficile de comprendre pourquoi les Bahamas sont une destination si populaire - il est facile de s'y rendre, nos plages sont les meilleures au monde et il y a beaucoup à faire et à explorer. Notre passé coloré n'est que le début - nous pensons que l'île paradisiaque actuelle de Nassau est également assez spectaculaire ! Pourquoi ne pas planifier vos vacances à Nassau Paradise Island aujourd'hui et voir par vous-même ?


L'histoire d'Eleuthera aux Bahamas

D'abord habités par des Indiens Lucayan, les explorateurs espagnols sont arrivés sur l'île à la fin des années 1400 et au début des années 1500 les avaient réduits en esclavage pour périr dans les mines d'argent et d'or d'Hispaniola (aujourd'hui Haïti et la République dominicaine).

En 1648, la colonisation des Bahamas a commencé sur la rive nord d'Eleuthera, où les « aventuriers d'Eleuthéra » sont venus des Bermudes avec la liberté religieuse comme force motrice. Ils ont nommé l'île "Eleutheria" d'après le mot grec signifiant Liberté. Les colons ont survécu grâce au poisson, aux tortues, aux conques et aux marchandises qu'ils ont récupérées dans la mer, notamment du bois de teinture, de l'ambre gris de baleines et des objets récupérés dans des épaves le long de la côte. Ils se sont rapidement répandus pour commencer les colonies d'aujourd'hui à Spanish Wells et Harbour Island.

La fin des années 1700 a vu un afflux de loyalistes britanniques qui fuyaient les nouveaux États-Unis d'Amérique après avoir perdu la guerre d'indépendance où ils étaient restés fidèles au roi George. Les loyalistes ont commencé des plantations avec les esclaves qu'ils ont apportés, mais n'ont pas réussi à recréer la richesse qu'ils avaient en Amérique et la plupart sont finalement partis, laissant leurs esclaves derrière eux. Finalement, les ananas sont devenus la principale culture d'Eleuthera et, au milieu des années 1800, les exportations vers l'Angleterre et les États-Unis ont grimpé en flèche. Plus de 200 sloops et goélettes naviguaient chaque matin de Harbour Island au nord d'Eleuthera où les plantations d'ananas alimentaient le marché international. En 1872, 1,5 million d'ananas ont été expédiés de Harbour Island seulement.

Dans les années 1950, une base auxiliaire de l'US Air Force et une station de suivi des missiles ont été ouvertes à Eleuthera, faisant partie de plusieurs bases de ce type aux Bahamas. Les années 1960 et 1970 ont été des jours grandioses avec Hatchet Bay Farm produisant du lait et des œufs tandis que des résidences secondaires étaient en construction à Harbour Island, Windermere et dans d'autres régions. Le Cotton Bay Club avait un terrain de golf, tout comme Cape Eleuthera, avec des stars de cinéma et des célébrités venues par avion pour se divertir. The French Leave Club (later renamed Club Med) and a large Italian resort attracted French and Italian tourists along with the English and a growing American crowd. Juan Trippe, president of Pan Am Airlines, expanded Rock Sound’s airport to accommodate jets from New York and Miami. Planes from England, France and Italy could also come directly into Eleuthera. Princess Diana and Prince Charles vacationed on Windermere with other royalty and celebrities, playboys and jet setters. Eleuthera was the place to be.

Unfortunately, things began to decline, and by the early 1970s many of clubs closed. By late ‘70s drug smuggling had become a problem because of the Bahamas close proximity to the U.S. Today smuggling in the Bahamas has largely subsided and Eleuthera is a safe place to be.

There are any small resorts and guest houses in Eleuthera to choose from, endless miles of white and pink beaches to walk upon, and plenty of kind natives to help you enjoy the endless activities on the island and around the sea.

To learn more about history of Eleuthera and other islands in the Bahamas, check out A History of The Bahamas Through Maps. The book and custom map of Eleuthera can be purchased online at this website. Questions? Please call us at 239-963-3497.


Indice

Géographie

The Bahamas are an archipelago of about 700 islands and 2,400 uninhabited islets and cays lying 50 mi off the east coast of Florida. They extend for about 760 mi (1,223 km). Only about 30 of the islands are inhabited the most important is New Providence (80 sq mi 207 sq km), on which the capital, Nassau, is situated. Other islands include Grand Bahama, Abaco, Eleuthera, Andros, Cat Island, and San Salvador (or Watling's Island).

Government
Histoire

The Arawak Indians were the first inhabitants of the Bahamas. Columbus's first encounter with the New World was on Oct. 12, 1492, when he landed on the Bahamian island of San Salvador. The British first built settlements on the islands in the 17th century. In the early 18th century, the Bahamas were a favorite pirate haunt.

The Bahamas were a Crown colony from 1717 until they were granted internal self-government in 1964. The islands moved toward greater autonomy in 1968 after the overwhelming victory in general elections of the Progressive Liberal Party, led by Prime Minister Lynden O. Pindling, over the predominantly white United Bahamians Party. With its new mandate from the black population (85% of Bahamians), Pindling's government negotiated a new constitution with Britain under which the colony became the Commonwealth of the Bahama Islands in 1969. On July 10, 1973, the Bahamas became an independent nation.

An Emerging Economy

Once heavily reliant on agriculture and fishing, the Bahamas has diversified its economy into tourism, financial services, and international shipping. While the nation enjoys a per capita income that is among the top 30 in the world, there is a big gap between the urban middle class and poor farmers. In addition, the nation is vulnerable to hurricanes, which regularly inflict serious damage.

Hubert Ingraham became prime minister in May 2007 after his Free National Movement, an opposition party, won parliamentary elections. As of 2012, the Bahamas remains one of the wealthiest countries (GDP per capita) in the Americas, after Bermuda, the U.S., the Cayman Islands, Canada, and the Virgin Islands.

New Prime Minister Elected

On May 7, 2012, parliamentary elections were held. The Progressive Liberal Party took 29 of the 38 seats. Progressive Liberal Party member Perry Christie was sworn in as prime minister and finance minister. Christie served one prior term as prime minister from 2002 to 2007.


A Short History of Bahamas

At least 500 years prior to the Europeans’ arrival to Bahamas, the islands where inhabited by a people called Lucayans who were descendants of the Arawak Indians. Originally, they lived in the north part of South America in the Caribbean Islands and in Florida. During centuries, the Lucayans lived a simple live in villages of Bahamas.

The 12th of October of 1492 Christopher Columbus arrived at a small island called Guanahani by the Lucayans, which he named San Salvador. The Bahamas were under the Spanish dominion until they were colonized by Great Britain in 1612.

In 1671 a census was taken for the first time in Bahamas. There were 1097 inhabitants of which 443 were slaves that have been brought from Africa to work on the British plantations of cotton, tobacco, and sugar cane.

Most British settlers left the island, which became open to the pirates’ attacks. Many pirates settled in the island and remained for years.

In 1718 Captain Woodes Rogers was named governor of Bahamas. He initiated the difficult task of expelling more than one thousand pirates who lived in New Providence.

In the beginning of 1800 the number of slaves had risen to over 12,000.

With time the social system of Bahamas began to change, eliminating slave trading in 1807 and slave emancipation in 1834. Education was introduced.

In 1963 the British Government granted Bahamas its own government. A constitution was presented in 1964 general elections to elect a Prime Minister.


A Brief Bahamas History

The Bahamas are full of rich and interesting history, some which even has to do with buried and lost treasure. The Bahamas also has a dark history to its past since it played such a large part in the Atlantic Slave Trade. Some experts even argue that the Bahamas was the first landing to the &ldquoNew World&rdquo for Christopher Columbus in 1492, in which it is recorded that he landed on modern day San Salvador, a southern Bahamas island. Those are just a few drops in the bucket of cool facts about the history of the Bahamas. Here are few highlights on the history of the Bahamas.

Native Bahamians, Before Settlement
A branch of the Arawakan-speaking Taíno people, the Lucayans were the first inhabitants known to the Bahamas. Migrated over generations from South America up throughout different Caribbean Islands, this indigenous group arrived to Bahamas to settle around 11th century AD. History recalls the Lucayan people as being kind, and attractive looking. In a Christopher Columbus journal entry after meeting these tribes wrote that they had become great friends and that they opened their hearts to them. These tribes would be later wiped out from either smallpox exposure from Europeans or taken to Hispaniola to be sold into slavery.

Pirates and Privateers
It&rsquos no secret that pirates ran the majority of Caribbean, and stole a lot of goods, and gold from ships passing through. The pirates from the 1600&rsquos that trolled the waters of the Caribbean are still household names today, such as Henry Jennings and &lsquoBlackbeard&rsquo Edward Teach. Blackbeard used to intimidate his victims by wearing flaming fuses in his mangled, unkempt and dirty beard. Blackbeard and Jennings made the Bahamas a pirate&rsquos playground, fully equipped with brothels and taverns. Once the Bahamas&rsquo first Royal Governor stepped in for under the English Crown, Bahamas got a new adage, &ldquoPirates Expelled &ndash Commerce Restored&rdquo.

Post-emancipation Era
After the Bahamas became an official territory under the Britain flag, the Bahamas had made slavery out-lawed, and notified other nations that if anyone were to bring their slaves onto their land, the slaves would be freed. Tensions grew between the U.S. and Britain after U.S. merchant ships that were a part of the slave trade were put into Nassau or had conveniently wrecked into their reefs. In the 1820s, many American slaves escaped from Cape Florida, and came to the Bahamas and settled mostly on Andros Island.

20th Century
The civilians of Nassau illegally supplied liquor to Americans during the Prohibition Era, while New Yorkers flocked to Nassau for the new casino. Nassau started its tourism era, and started making money off of these &ldquosinful&rdquo activities.

In 1940, the Duke of Windsor, Edward VIII, was made to be the Governor of the Bahamas. He and his wife the Duchess visited the outer islands of Bahamas on a yacht. The Duke has been praised for his efforts to end poverty and low wages, but was said to act as if her were better than the Bahamians, and condescending toward them. He resigned in 1945.

The Bahamas became a popular tourist spot, especially for Hollywood to come film at. Famous films like James Bond, Thunderball, and The Beatles&rsquo film Help! were partly filmed here in the 60&rsquos.

Of course there is so much more to the Bahamas&rsquo history, and this article only touches on certain topics. Try visiting the wondrous islands to learn more!


There are 2 census records available for the last name Bahamas. Like a window into their day-to-day life, Bahamas census records can tell you where and how your ancestors worked, their level of education, veteran status, and more.

There are 4 immigration records available for the last name Bahamas. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

There are 2 military records available for the last name Bahamas. For the veterans among your Bahamas ancestors, military collections provide insights into where and when they served, and even physical descriptions.

There are 2 census records available for the last name Bahamas. Like a window into their day-to-day life, Bahamas census records can tell you where and how your ancestors worked, their level of education, veteran status, and more.

There are 4 immigration records available for the last name Bahamas. Les listes de passagers vous permettent de savoir quand vos ancêtres sont arrivés aux États-Unis et comment ils ont effectué le voyage - du nom du navire aux ports d'arrivée et de départ.

There are 2 military records available for the last name Bahamas. For the veterans among your Bahamas ancestors, military collections provide insights into where and when they served, and even physical descriptions.


Notre histoire

The Central Bank of The Bahamas was established on 1st June 1974, to carry out the independent monetary policy and financial sector supervisory functions entrusted upon The Bahamas after political independence from Great Britain in 1973.

Prior to the establishment of the Bank, there was the Currency Board set up in 1919 which was restricted mainly to issuing currency. The Currency Board era spanned the early evolution of The Bahamas' emergence as an international banking centre during the 1960s, and the corresponding challenges posed by the inadequacies of legislation to properly regulate and supervise these activities. Although some relief was provided by the Banks and Trust Companies Regulation Act (1965), which enjoined stringent licensing and operating requirements on banks, it was felt that a more substantive institutional authority was required to oversee the rapidly expanding banking sector.

This need for an alternative institutional arrangement with statutory powers became even more apparent amid the turbulent developments in global financial markets, marked by the 1967 devaluation of the Pound Sterling, to which the local currency was linked. Based on the emerging strong trade linkages with the United States, the Government de-linked the Bahamian dollar (formerly the pound) from its peg with the Pound Sterling, and established the currency on par with the United States' dollar. This action, however, resulted in massive exchange rate losses for banks which, in the absence of alternative domestic investment opportunities, held most of their assets in sterling balances.

These events led to the demise of the Currency Board, which gave way to the establishment of the Bahamas Monetary Authority (BMA) in 1968. The Authority assumed the aggregate foreign exchange risks of the country by redeeming domestic banks' surplus foreign currency balances for Bahamian dollars, instituted a voluntary system of reserve requirements for clearing banks, and began auctioning Government Treasury bills as an alternative domestic investment for financial institutions.

Despite having an expanded role, including supervisory authority, a serious shortcoming of the BMA was the absence of the legal authority to employ active monetary policy measures. This fundamental weakness came into sharp focus during the late 1960s, when the Authority was unable to exercise control over domestic credit expansion in order to correct the worsening balance of payments position. A decade later in the 1970s, the deficiency was further heightened, when the global economy battled the worldwide recession, brought on by the OPEC oil crisis. These and other developments led to the eventual establishment of a Bahamian central bank.


Voir la vidéo: Histoires dîles - Bahamas 1 (Janvier 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos