Nouveau

Réservoir Chi-Ha Type 97 (Japon)

Réservoir Chi-Ha Type 97 (Japon)


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Réservoir Chi-Ha Type 97 (Japon)

À partir de 1929, le char japonais standard était le Type 89, largement basé sur un char britannique - le Vickers Model C - vendu au gouvernement japonais en 1927. Construit par Mitsubishi, c'était un bon char pour cette période et a servi activement dans le Sino. -Guerre japonaise des années 30. Au fur et à mesure que les moteurs diesel sont devenus disponibles, un a été installé dans le 89B, ce qui en fait le premier réservoir à moteur diesel. Ce véhicule était lent, ne faisant que 25 km/h (15 mph) et était utilisé comme la plupart des chars de son époque dans un rôle de soutien d'infanterie.

Les Japonais ont formé une nouvelle brigade combinée mécanisée pour la guerre en Mandchourie mais ont trouvé le type 89B trop lent pour suivre les autres véhicules. Un nouveau char léger avec au moins un canon de 47 mm et une vitesse maximale de 35 km/h (25 mph) a été demandé, avec un poids maximal de 15 tonnes. Mitsubishi et Osaka Army Arsenal ont tous deux produit des prototypes, mais celui d'Osaka (Chi-Ni) était une version plus petite et moins chère et bien que les spécifications aient demandé un canon de 47 mm, les deux prototypes portaient le même 57 mm à canon court utilisé dans le type 89B. Lorsque la guerre entre le Japon et la Chine a repris en 1937, la réduction des coûts a été abandonnée et le prototype Mitsubishi plus cher a été choisi. Il s'appelait Type 97 Chi-Ha (année civile occidentale 1937, année Jinmu 2597, tiers moyen - voir l'article sur les désignations des chars japonais).

Quelques modifications mineures ont été apportées avant la production, notamment l'installation de dispositifs de vision périscope et épiscope. Après l'incident de Nomonhan en 1939, lorsque des chars russes et japonais se sont affrontés à la frontière, la tourelle a été repensée pour accueillir un canon de type 1 de 47 mm à canon plus long, augmentant ainsi le poids des chars. Cette version du char était connue sous le nom de Type 97 Kai ou Shinhoto Chi-ha (tiers moyen avec une nouvelle tourelle). En tant que char moyen, il s'agissait d'une conception avancée, mais en raison du terrain de la jungle et des tactiques utilisées, les forces blindées japonaises n'ont pas réussi à se distinguer pendant la Seconde Guerre mondiale.

Un total de 1 162 chars Type 97 et 930 chars moyens Type 97-Kai ont été produits entre 1938 et 1943.

PoidsArmureVitesse maximaleVarier
16 tonnes (18,8 tonnes)8-25mm38 km/h (24 mi/h)210 km (130 milles)
ÉquipageArmes
41 canon de 47 mm, 2 mitrailleuses de 7,7 mm

Type 97 Shinhoto Chi-Ha

Rédigé par : Rédacteur en chef | Dernière édition : 03/03/2018 | Contenu &copiewww.MilitaryFactory.com | Le texte suivant est exclusif à ce site.

Considéré par beaucoup comme le meilleur char japonais quantitatif déployé pendant toute la Seconde Guerre mondiale, le Type 97 Shinhoto Chi-Ha était en fait une amélioration d'une gamme de chars moyens issus de la conception précédente du Type 97 Chi-Ha. Le Chi-Ha a été conçu dès 1936 et a vu la production de 1 162 véhicules de 1938 à 1943. Classé comme char moyen, le véhicule était adéquat contre les forces moins équipées rencontrées lors de la conquête japonaise de l'Asie et du Pacifique. Cependant, son canon principal d'origine de 57 mm s'est avéré insuffisant au cœur de la guerre, en particulier face aux blindés américains. Sa valeur déclina rapidement après 1941.

Les ingénieurs ont été invités à améliorer la conception du Chi-Ha. À cela a été ajouté une toute nouvelle conception de tourelle avec des angles à facettes et un masque de canon épais. L'armement principal était un canon principal de 47 mm de type 1 à grande vitesse et une paire de mitrailleuses de 7,7 mm de type 97 offraient la défense nécessaire contre les attaques d'infanterie ennemie. L'armure maximale a maintenant été améliorée à 33 mm d'épaisseur par rapport au pic de 28 mm de l'original. Le véhicule est venu légèrement plus léger à 14,8 tonnes. Le même moteur diesel Mitsubishi SA12200VD V-12 refroidi par air (170 chevaux) a été conservé, tout comme le système de suspension à manivelle. Les vitesses sur route ont dépassé 24 miles par heure sur des surfaces idéales. L'équipe d'exploitation était au nombre de quatre : le conducteur, le commandant, le chargeur et le tireur. Les dimensions comprenaient une longueur de 18 pieds, une largeur de 7 pieds 8 pouces et une hauteur jusqu'au sommet de la tourelle de 7 pieds 4 pouces. Les modifications apportées au Chi-Ha ont naturellement forcé une révision de la désignation en "Shinhoto Chi-Ha" bien que l'identifiant de type 97 ait été conservé.

Dans la pratique, les forces mécanisées japonaises équipées du nouveau type ont prouvé que le système blindé était viable. Les premières actions ont eu lieu aux Philippines en 1942, puis ont suivi d'autres opérations à travers la Malaisie. L'un des plus grands atouts de la conception était sa vitesse et son agilité qui en faisaient une cible difficile à atteindre et qui pouvait rapidement dépasser une position alliée. Le canon offrait la puissance de feu nécessaire contre certaines fortifications et véhicules légers (y compris les chars légers et certains chars moyens) ainsi que les concentrations d'infanterie lors de l'engagement avec des projectiles hautement explosifs (HE). Ce n'est que pendant le renversement de la marée de la guerre du Pacifique que les limites du nouveau Type 97 sont apparues.

Il s'est avéré sensible aux canons même des chars légers américains et assurément contre les chars moyens M4 Sherman. La série n'a pas fait mieux lorsqu'elle a affronté les célèbres chars moyens soviétiques T-34 avec leurs canons principaux efficaces de 76,2 mm pendant la campagne de Mandchourie.

Malgré sa nature plutôt surclassée à la fin de la guerre, le Type 97 Shinhoto Chi-Ha est devenu une grande amélioration par rapport aux précédents types de chars de l'armée japonaise. De plus, il a été produit dans le nombre requis, ce qui lui a permis de voir une utilisation prolongée dans de nombreux engagements notables du Pacific Theatre. Alors que l'armée japonaise commençait à perdre du terrain, sa force blindée a subi de lourdes pertes et n'a jamais récupéré l'initiative qu'elle avait perdue.


Type 97 Chi-Ha - Variantes de canons automoteurs

Le Japon a développé une variété de canons automoteurs montés sur la coque de l'omniprésent char Type 97 Chi-Ha. Le Type 97 Chi-Ha de classe moyenne peut être considéré comme le père de tous les projets de développement de chars japonais. Le Chi-Ha était le char de combat principal de la première période de l'IJA (Armée impériale japonaise) et de nombreux véhicules étaient planifiés ou produits sur la base de sa plate-forme.

L'apparition d'une telle arme au combat était attendue depuis octobre 1941, lorsque les Britanniques ont signalé l'existence d'un canon automoteur japonais, considéré comme un modèle expérimental. Il s'agit d'une arme d'un calibre d'environ 100 mm montée dans le châssis d'un char moyen. On dit que la pièce est longue et n'a pas de bouclier. Le canon peut être l'obusier de 105 mm, modèle "91" (1931), dont les éléments suivants sont connus : vitesse initiale 1 790 f/s portée maximale, soit 11 500 ou 14 200 yards d'élévation et de traversée maximales (les deux), 45 degrés. La munition est un obus HE de 35 livres.

Type 97 Canon à canon court 120-mm

L'une des grandes énigmes du développement des chars japonais, cela a été produit par l'IJN, apparemment, pour fournir un soutien d'artillerie rapproché aux unités de la Marine (SNLF), mais ses chiffres de production réels sont quelque peu mystérieux, tout comme toute désignation spéciale (si en effet une telle désignation existe). Il a été surnommé le "type marin" par les forces alliées car il était fréquemment vu opérer à l'appui des attaques du SNLF.

Le Type 97 Marine Type était équipé d'un obusier à canon court de 120 mm. Le char à canon court de 120 mm était une variante produite à la fin de la guerre pour la marine impériale japonaise. Ils voulaient un canon similaire au Type 2 Ho-I pour un soutien rapproché, mais avec une plus grande puissance de feu. Le canon de char principal standard de 47 mm a été remplacé par un canon court « anti-sous-marin » naval de 12 cm (120 mm) avec un frein de bouche ajouté. Sinon, il était équipé de série pour le Type 97 Chi-Ha. La tourelle était apparemment une version de la tourelle Shinhoto, spécialement modifiée pour être utilisée par la Marine.

L'arme massive nécessitait plusieurs cylindres de recul et ne pouvait s'adapter qu'à l'intérieur de la petite tourelle du Chi-Ha. Pour cette raison, une extension a été construite à l'arrière de la tourelle pour contenir les munitions. Il n'y avait pas non plus d'espace à l'intérieur du char pour que l'équipage puisse charger le canon, donc à la place, le chargeur devait se tenir sur le dessus du char et pousser les munitions à l'arrière de la tourelle.

L'action Marine Type Saw contre les forces américaines et du Commonwealth. Seulement « une douzaine » ou « quatorze » seulement ont été produites pour les Forces spéciales de débarquement navales japonaises qui les ont déployées dans plusieurs bases autour du Japon pour se défendre contre l'invasion américaine attendue.

Type 97 Long Barrel Gun Tank 120-mm / 12cm Canon naval Type 10 / Naval 12 cm SPG

Lorsque les forces d'occupation américaines sont entrées dans l'école d'artillerie Tateyama à Yokosuka, elles ont découvert un char Chi-Ha de type 97 qui avait été modifié en retirant la tourelle et l'avait équipé d'un canon naval de 120 mm de type 10. Le canon principal Type 10 120 mm était monté à l'envers sur un châssis Type 97 Chi-Ha. Le canon n'était pas logé dans une tourelle comme la version Short Barrel 120 mm et n'avait pas de casemate. Un seul véhicule a été trouvé et on ne sait pas s'il s'agissait d'une arme de fortune construite par l'école d'artillerie ou s'il s'agissait d'un prototype là-bas pour les tests. En raison du poids extrême de l'arme et de son puissant recul, il est douteux que la coque rivetée légère du Chi-Ha puisse survivre longtemps au stress du tir de l'arme. Cependant, cela aurait été une grande menace pour toute armure alliée. Le sort du prototype achevé à la fin de la guerre est inconnu.


Munition

L'obusier de 120 mm a été conçu pour tirer 2 types d'obus HE. Un type avait un fusible à la base de la coque, avec un capuchon plat souple conçu à sa pointe. L'obus est ce qui a donné au canon sa capacité à faire face aux sous-marins. Une fois tirés, ces obus plongeraient et exploseraient de la même manière que les grenades sous-marines. L'autre obus était un obus à fusion nasale avec des réglages pour le délai ou la détonation à l'impact. Lorsque les véhicules capturés ont été évalués, ils ont été trouvés avec les deux types d'obus.
De véritables obus AP, bien que rares, étaient disponibles pour le canon. Les rapports de terrain sur leur utilisation ne sont pas disponibles, bien qu'un livret technique concernant les types de munitions des armes puisse être trouvé. (Voir la section Liens et ressources)
L'explosif puissant de 120 mm serait extrêmement efficace contre les grandes formations d'infanterie, les emplacements fortifiés ou les véhicules légèrement blindés, mais serait presque inutile contre les blindés ennemis, en plus de donner un mal de tête à l'équipage d'un Sherman. Il faut cependant se rappeler que le véhicule a été conçu pour le soutien d'infanterie et non pour le combat de char à char.

Une photo personnelle du Chi-Ha armé de 120 mm à Sasebo. La photo originale est visible ICI.


Le char Chi-Ha 120 mm dans une livrée simple. Illustration de David Bocquelet
Une autre photo des véhicules à Sasebo, prise en 1945. Photo : ja.wikipedia.org


Chi-Ha Shinhoto Chi-Ha
Équipage
Équipage 4
Caractéristiques physiques
Poids 15 tonnes 15,8 tonnes
Longueur 5,55 mètres
Largeur 2,33 m
Hauteur 2,28 mètres 2,38 m
Armure
Armure (portée) 20-25 mm
Performance
Vitesse (max) 38 km/h
Armement
Arme principale Type 97 57 mm (1) Type 1 47 mm (1)
Arme secondaire Type 97 7,7 mm (2)

Photographies et quelques informations fournies par Takashi Tamane.

Dessin d'un Chi-Ha. Vue de profil d'un Chi-Ha. Vue de dessus d'un Chi-Ha. Chi-Ha capturé Grande colonne de Chi-Ha Bonne vue sur les rivets d'un Chi-Ha Bonne vue sur le camouflage et les insignes d'un Chi-Ha Photographie de profil d'un Chi-Ha Kai, montrant le côté droit Photographie de profil du côté gauche, montrant clairement la mitrailleuse pointée vers l'arrière Chi-Ha Kai monte une colline Chi-Ha Kai capturé, avec une bonne vue sur le pont moteur Même véhicule que ci-dessus, vu de face


Japon

Le char japonais a été introduit dans la mise à jour 8.10 de World of Tanks. Actuellement, il y a une ligne de chars moyens de niveau final (deux branches jusqu'au niveau 5 avec des chars moyens et légers) et une ligne de chars lourds. Une branche chasseurs de chars a été évoquée par WG, qui sortira peut-être en 2020.

Bien que les chars lourds japonais diffèrent grandement des chars moyens et légers japonais, ils partagent tous peu de similitudes. sur le blindage (sauf sur les chars moyens de rang 8 à 10) et une bonne puissance de feu.

Les chars moyens et légers japonais ont peu de choses en commun. Ils ont tous une faible épaisseur de blindage, cependant, les médiums de niveau supérieur (notamment le STB-1) ont un blindage incliné, ce qui peut entraîner des rebonds chanceux. Ils combinent également une bonne dépression du canon avec des canons qui ont une excellente pénétration et un bon équilibre entre alpha et ROF. Dans les premiers rangs, les chars japonais peuvent sembler être un véritable désenchantement. Les armes à feu ont généralement une précision et une maniabilité moyennes. La plupart des chars moyens et légers japonais ont des valeurs de camouflage décentes pour leur classe.

Au rang II, la ligne se divise entre les chars moyens et les chars légers. Les chars légers japonais offrent une bonne vitesse et une bonne agilité, culminant dans le Type 5 Ke-Ho, qui est petit, rapide, agile et a une puissance surprenante. Cependant, pour équilibrer ces bonnes caractéristiques générales, les trois chars légers de la ligne japonaise manquent encore plus de blindage que leurs homologues moyens, et ne sont pas exactement spécialisés pour le repérage actif en général.

Dans la gamme divergente des chars moyens, l'agilité est échangée contre une puissance de feu et une flexibilité supplémentaires, un exemple brillant étant le Type 97 Chi-Ha, qui, bien qu'encombrant, possède une grande puissance de feu et une grande précision pour son rang, ce qui lui permet de jouer non seulement comme un support moyen mais aussi un chasseur de chars. Les chars moyens, ainsi que leurs cousins ​​chars légers, manquent quelque peu de blindage dans l'ensemble par rapport à leurs pairs internationaux.

Au rang V, les lignes de chars moyens et légers se réunissent, et la ligne de chars japonais se concentre uniquement sur les moyens qui ont des dégâts décents lorsque la ligne atteint les chars ultérieurs, qui ont tous la capacité de changer de rôle de manière transparente si nécessaire. Passé le rang V, les chars moyens prennent des variations assez sauvages entre les rangs. Le Chi-to de niveau 6 est connu pour sa bonne maniabilité globale pour sa taille. Le Chi-Ri de rang 7 se distingue par sa très grande taille, rivalisant avec l'encombrement des chars allemands de la gamme E50M, étant encore plus gros que certains chars lourds de son rang, ce qui en fait une cible d'artillerie séduisante. Pourtant, à échanger contre sa grande taille, le Chi-Ri a la capacité d'équiper un dangereux chargeur automatique. De plus, pour compenser ces variations sauvages, tous les chars japonais de dernier rang présentent des réserves de santé supérieures à la moyenne à bonnes, certaines rivalisant également avec celles trouvées le long de la ligne E50M.

Dans les derniers rangs, les tourelles des chars japonais, bien que n'augmentant pas beaucoup en épaisseur de blindage, commencent à devenir bien arrondies et inclinées comme leurs homologues chinois. Le sommet de l'arbre, le STB-1, par exemple, possède l'une des tourelles inclinées les moins profondes du jeu, capable de faire rebondir presque n'importe quel tir, ainsi qu'une suspension hydropneumatique spéciale partagée avec les chars moyens suédois de haut rang, ce qui laissait de la place pour plus utilisation du terrain pour une protection supplémentaire. Ils ont également des modules et un équipage à l'étroit. Cependant, en revanche, ils conservent toujours leur excellente dépression de canon mais aussi un blindage de coque abyssal.

En substance, ce ne sont pas des touche-à-tout et des maîtres d'aucune comme les médiums russes, mais sont extrêmement puissants en tant que chars de soutien de deuxième ligne, et s'ils sont manipulés correctement, ils peuvent même assumer des rôles principaux à la rigueur, ne serait-ce que temporairement.

Dans l'ensemble, ceux qui s'attendent à voir des chars moyens japonais se battre efficacement seront généralement déçus et surpris, car tous les chars de la ligne moyenne japonaise manquent de blindage solide trouvé dans les chars russes et allemands qui seront suffisants pour cela. Cependant, ceux qui préfèrent un rôle de soutien, tireur d'élite, flanquement, etc. apprécieront beaucoup ce que les médiums japonais ont à offrir.

Mis à part quelques similitudes mentionnées précédemment, les chars lourds japonais sont des oppositions presque polaires des chars moyens. Ils ont généralement une mobilité terrible, un blindage plat mais extrêmement épais (après le niveau 5), une bonne dépression des canons, d'énormes réserves de HP et de gros canons imprécis. Les chars lourds japonais manquent de véritables points faibles à l'avant, mais ils sont bien pires à la ligne que leurs homologues allemands en raison de leur terrible blindage latéral ou de leurs joues faibles à l'avant qui deviennent facilement pénétrables lorsqu'elles sont inclinées. Ce sont également les plus gros chars du jeu, étant notamment plus gros que même les Maus, ce qui en fait des cibles très faciles pour l'artillerie. Ils sont également connus pour leur excellente compatibilité avec les modules et ne nécessitent pas de nouvelle tourelle ou suspension pour améliorer les performances, ce qui rend la ligne lourde japonaise assez plus facile à moudre que les autres lignes technologiques du jeu.

Les chars lourds japonais de rang inférieur, le Type 91 et le Type 95 ont une conception qui ressemble aux chars français de l'entre-deux-guerres (comme le B1). Malheureusement, ces chars souffrent d'une mobilité et d'un blindage médiocres. Cependant, ils ont d'excellents dégâts par minute, une dépression du canon et un choix de canons avec des obus HE décents qui peuvent paralyser la plupart des chars du même rang.

Le niveau 5, O-I Experimental, est le transit entre les niveaux de départ et les niveaux supérieurs. Il a radicalement changé par rapport à son prédécesseur en se transformant en un char géant lourdement blindé qui offre une excellente protection pour son rang. Cependant, sa taille peut être gênante car vous serez facilement touché par les ennemis (en particulier les canons automoteurs). De plus, contrairement aux chars lourds japonais de rang supérieur, l'O-I Experimental a plusieurs problèmes : il souffre d'un blindage de toit médiocre, de points faibles frontaux et de canons de moindre calibre. Cependant, contrairement aux chars lourds japonais de rang supérieur, l'O-I Experimental a une cadence de tir relativement décente avec ses deux canons, ainsi qu'une précision et une maniabilité moyennement bonnes (avec le canon de 7,5 cm).

A partir du rang 6 et au-dessus, les chars lourds japonais sont généralement assez similaires : ils ont l'option de deux canons - des obusiers de 15 cm qui tirent principalement des obus HE, ou des canons de calibre moyen à gros qui tirent principalement des obus AP, avec une pénétration médiocre à bonne et décente à dégâts alpha élevés, mais précision et DPM médiocres. Ils ont une armure frontale très résistante avec peu de points faibles, sont gigantesques, ont une mobilité réduite, une armure latérale généralement médiocre (qui augmente cependant progressivement aux niveaux supérieurs) et une réserve de santé très élevée.

Le tristement célèbre O-I est capable de tirer sur la plupart des chars de même rang et est unique en raison de son blindage arrière robuste plus épais que le glacis supérieur de quelques pairs, mais il a un rechargement extrêmement long sur son canon de 15 cm. O-Ni porte des armes similaires mais a considérablement amélioré les statistiques douces, l'accélération et l'armure frontale, mais plus important encore, il bénéficie d'un énorme gain de santé. Il obtient également un nouveau canon de 10 cm avec des dégâts alpha et une pénétration légèrement plus élevés, mais une cadence de tir encore plus mauvaise. Les obusiers de 15 cm sont les choix les plus efficaces à ces niveaux, car ils sont toujours capables d'infliger des dégâts dévastateurs, et même sans pénétration, les obus HE sont capables de paralyser gravement les chars ennemis.

Aux niveaux supérieurs, les obusiers deviennent moins attrayants, tandis que leur blindage latéral s'améliore progressivement. Le O-Ho a une meilleure maniabilité du canon avec son canon de 15 cm que le O-Ni, mais est par ailleurs une amélioration plutôt marginale, et le char souffre également gravement des problèmes de dépression frontale du canon. Cependant, il obtient une cadence de tir nettement plus élevée avec un canon de 10 cm, mais il ne gagne pas non plus de dégâts alpha supplémentaires et sa précision et son maniement du canon sont toujours très médiocres. Aux rangs 9-10, les types reçoivent de tout nouveaux choix de canons, les canons AP ayant des dégâts alpha nettement plus élevés. Le Type 4 Heavy perd les mini-tourelles de son prédécesseur et gagne une protection latérale beaucoup plus forte, faisant de la pêche à la ligne une option plus viable, mais souffre d'une mobilité encore plus mauvaise et des joues de coque qui limitent la capacité de pêche à la ligne. Il obtient un puissant canon de 14 cm avec les dégâts alpha les plus élevés de tous les poids lourds de son rang avec une pénétration raisonnablement bonne avec ses cartouches standard. Le sommet des lourds japonais, le Type 5 Heavy, a un blindage latéral beaucoup plus résistant et les joues de la coque ne sont plus des points faibles, ce qui signifie qu'il peut enfin effectuer un side-scraping efficace, ce que les anciens lourds japonais ne pouvaient pas. Il a également une assez bonne maniabilité des armes à feu et un pool de santé très élevé pour son niveau, bien que ses dégâts par minute soient faibles et que sa pénétration ne soit pas aussi attrayante que sur le Type 4 Heavy. Les Type 4/5 sont toujours capables d'utiliser des canons HE de 15,2 cm, mais leurs dégâts sont très faibles pour leurs niveaux (pas du tout améliorés par rapport aux niveaux intermédiaires à part leurs obus HESH super chers qui ne peuvent pénétrer que des cibles légèrement à modérément blindées ), donc l'utilisation de ces pistolets n'est pas recommandée dans la plupart des circonstances.


Comparaison : Chi-Ha de type 97 et Chi-Ha de type 2597

Développé par Mitsubishi de 1935 à 1937. Le véhicule a été produit en série de 1938 à 1942, aux côtés d'un Shinhoto Chi-Ha amélioré de 1941 à 1942. Un total de 1 220 véhicules des deux types ont été fabriqués. Les chars Chi-Ha et Shinhoto Chi-Ha ont été largement utilisés par les forces japonaises en Chine, sur le théâtre du Pacifique et dans les îles Kouriles. Après la capitulation du Japon, ces véhicules ont été utilisés par les forces de l'APL et du Kuomintang pendant la guerre civile chinoise de 1946 à 1949.

Développé par Mitsubishi de 1935 à 1937. Le véhicule a été produit en série de 1938 à 1942, aux côtés d'un Shinhoto Chi-Ha amélioré au cours des deux dernières années, avec un total de 1 220 véhicules des deux types fabriqués. Les chars Chi-Ha et Shinhoto Chi-Ha ont été largement utilisés par les forces japonaises en Chine, et après la capitulation du Japon, ces véhicules ont été utilisés à la fois par les forces de l'APL et du Kuomintang pendant la guerre civile de 1946.


Avis sur IPMS/États-Unis

Bref historique

Le char moyen de type 97 Chi-Ha, conçu en 1936, était le char moyen japonais le plus produit de la Seconde Guerre mondiale. Sa tourelle était conçue avec des flancs de blindage de 26 mm d'épaisseur et 33 mm sur son bouclier de canon. Son canon principal de 57 mm avait déjà fait ses preuves dans le premier modèle de char moyen Type 89. Il arborait également une paire de mitrailleuses de 7,7 mm. Propulsé par un diesel Mitsubishi de 170 ch, il avait une vitesse de pointe d'environ 23-24 mph. Pesant 17,4 tonnes [US], c'était le char moyen le plus efficace des Japonais.

Premières impressions

Le kit est livré dans une modeste boîte blanche brillante avec le dessus représentant une illustration de vue latérale du sujet. A l'intérieur, j'ai trouvé le plastique bien protégé dans des sacs en polyéthylène avec les instructions. En inspectant soigneusement le plastique, j'ai trouvé qu'il était exempt de flash avec des détails nets, nets et exceptionnels. Le kit est moulé dans une couleur vert olive foncé. Le haut niveau de qualité qui accompagne la marque Fine Molds est évident ici dans cette offre bien conçue.

Après avoir coupé quelques pièces des arbres de coulée, vous voyez rapidement à quel point les pièces s'emboîtent bien. Les trappes ouvertes abondent partout pour un intérieur sans relief. Le kit est également livré avec une grappe en plastique transparent, une frette de gravure photo et une feuille de décalcomanies couvrant 4 options.

Choisir un plan d'action J'ai opté pour une construction prête à l'emploi. J'ai envisagé l'option d'ouvrir les écoutilles et de construire un intérieur, mais cela s'est estompé avec la réalité du temps et des efforts qui seraient nécessaires pour remplir les espaces vides sans parler de la recherche du sujet correctement. Je me suis donc mis à rechercher d'autres problèmes de construction mineurs que je devais planifier.

La construction était assez simple. Je me suis mis au travail, en commençant par l'étape 1 : les roues Deuxième étape : j'ai construit la coque inférieure et j'ai traversé à partir de là en ajoutant toutes les garnitures latérales. Je suis ensuite allé après la coque supérieure et j'ai ajouté tous les morceaux au fur et à mesure.

Ensuite, j'ai tourné mon attention vers le canon et la tourelle et c'est ici que j'ai presque changé d'avis sur l'ensemble de l'écoutille. Je me suis dit. "non", et après avoir construit le pistolet, je me suis encore dit que je devrais au moins peindre la chose et la prendre en photo. C'est un kit de premier ordre et je n'ai rencontré aucun problème dans la construction.

Il y a un élément que je mettrais à niveau : le kit fourni les pistes vinyle. Je suis sûr que quelqu'un vend un bon ensemble. J'ai utilisé ce qui est venu dans la boîte. J'ai utilisé de la colle fine Tamiya et cela a très bien fonctionné. Cependant, les pistes sont trop étroites et ne présentent aucun affaissement. Pour remédier à ce problème j'ai utilisé du fil floral. J'ai percé des trous parallèles dans la coque là où c'était nécessaire, puis j'ai glissé les fils pour manipuler la bande de roulement pour qu'elle se relâche. Ce fut la seule modification que j'ai faite pour modifier le kit. Le modèle a été fini en acrylique Testors Model Masters sur une couche d'apprêt gris Mr. Sufacer 1000 et l'a patiné avec plusieurs médiums différents en couches. J'ai choisi la deuxième option de décalcomanie : 7 th Tank Regiment, Philippines, 1942.

Conclusion

Dans l'ensemble, je suis satisfait du résultat final pour un boxeur hors du commun. Tamiya propose également un kit à ce sujet, il s'agit d'une version plus ancienne. Je n'ai pas d'avis comparatif puisque je n'en ai pas vu.


Char moyen Shinhoto Chi-Ha Type 97 (amélioré) - Conception

La coque du Shinhoto Chi-Ha type "97" faite de plaques de blindage roulées avait une structure rivetée, cependant, la soudure était également utilisée sur certaines unités (y compris le toit du compartiment de contrôle). A l'intérieur, des feuilles d'amiante pour l'isolation thermique étaient fixées sur les plaques de blindage de la caisse et de la tourelle, dans le compartiment de combat et le compartiment de contrôle.

La conception générale du support Type 97 (amélioré) est satisfaisante, mais les engagements avec les chars américains ont montré que son épaisseur de blindage maximale actuelle (1 pouce à peut-être jusqu'à 1,29 pouce) ne résistera pas aux projectiles à grande vitesse. Un essai sur le terrain a été mené par une société antichar américaine pour déterminer les capacités de pénétration des armes antichars d'infanterie américaine attaquant le char moyen Type 97 (amélioré). Les armes américaines utilisées dans le test étaient la mitrailleuse de calibre .50, la grenade à fusil, la roquette de 2,36 pouces et le canon antichar de 37 mm.

La mitrailleuse de calibre .50 a tiré sur le char japonais à trois distances différentes : 35 mètres, 50 mètres et 100 mètres. En tirant sur l'avant du char à une distance de 35 mètres, des pénétrations ont été enregistrées sur la mitrailleuse montée sur boule, mais aucune pénétration n'a été effectuée sur l'ouverture de vision, la tourelle ou les surfaces courbes ou en pente. À 50 mètres, 35% de pénétrations ont été faites dans la plaque derrière le système de suspension (sur le côté du char), le support de la mitrailleuse arrière et la surface inférieure de l'arrière du char. À 100 mètres, aucune pénétration n'a été faite sur aucune partie du char.

La grenade à fusil a été tirée à une distance d'environ 50 mètres. Lorsque la grenade a été tirée à un angle normal à 45 degrés par rapport à la normale, la pénétration a été faite sur toutes les parties du char, à l'exception du bouclier du canon. Le diamètre des pénétrations était d'environ 1/2 pouce.

La roquette de 2,36 pouces a été tirée contre le char à une distance d'environ 50 mètres. Des pénétrations ont été faites dans toutes les parties du réservoir lorsque la roquette a frappé à des angles allant de la normale à 45 degrés par rapport à la normale. Le diamètre des pénétrations était d'environ 3/4 de pouce.

Le canon antichar de 37 mm a été tiré à des distances de 100 et 350 mètres. Seuls des obus perforants ont été utilisés. À 100 mètres, le 37-mm a enregistré des pénétrations sur toutes les parties du char lorsqu'il est tiré à des angles allant de la normale à 45 degrés par rapport à la normale. À 350 mètres, la pénétration du blindage du char ne pouvait être effectuée que lorsque le canon antichar était tiré à un angle normal. Le diamètre de pénétration était d'environ 1 1/2 pouces.

L'équipage du char "Shinhoto Chi-Ha" était de quatre personnes. L'accès de l'équipage au compartiment de commandement se faisait par la tourelle. Le conducteur avait une trappe d'inspection avant, ainsi qu'une trappe de signalisation sur le toit de la timonerie. Dans la partie gauche de la feuille frontale, il y avait une machine à balles pour la mitrailleuse de type "97", la mitrailleuse avait un boîtier de protection.

La conception de la tourelle jumelle a été principalement empruntée au char "Chi-ha". Cependant, dans le cadre de l'installation de nouvelles armes, il a subi un certain nombre de modifications: il est devenu sensiblement plus haut et plus large et a également reçu une niche d'alimentation développée pour les munitions. La tourelle était assemblée à partir des moitiés avant et arrière, reliées par rivetage, et sur la droite avait une tourelle de commandant montée de manière fixe avec une vue circulaire avec des fentes d'observation et une double trappe. À l'arrière de la tourelle à droite de la mitrailleuse, il y avait une trappe rectangulaire pour le chargement des munitions et le démontage du canon, et sur le toit de la tourelle à gauche se trouvait la trappe du mitrailleur avec un double couvercle. Une petite trappe se trouvait sur le côté droit de la tourelle. Le dispositif d'observation périscopique était transféré sur le toit de la tourelle et placé devant la tourelle du commandant, et l'émerillon anti-aérien était placé devant la trappe du tireur, ce qui permettait de tirer sur des cibles aériennes dans un secteur plus large. . Il y avait des trappes et pour tirer avec des armes personnelles. Le canon était recouvert d'un masque de 30 mm fixé à la partie frontale de la tourelle avec des boulons à un angle de 10° par rapport à la verticale.

Pour le reste, la conception du char de type "97" n'a pas changé. Le réservoir utilisait un moteur diesel 12 cylindres 2 temps refroidi par air "Mitsubishi" de 170 ch. Pour faciliter le démarrage, il y avait un décompresseur. La transmission de puissance mécanique était située à l'avant de la coque du réservoir, la boîte de vitesses offrait quatre vitesses avant et une vitesse arrière. Les mécanismes de rotation sont planétaires à deux étages. Le char "Shinhoto Chi-ha" utilisait une suspension de type mixte - avec des éléments élastiques en forme de ressorts, disposés horizontalement le long de la coque. Le réservoir avait (par rapport à une planche) - six rouleaux de support doubles, dont quatre étaient verrouillés par paires dans deux camions, et les extrêmes avaient une suspension indépendante. Roues motrices avec lanterne situées devant la coque. De chaque côté, il y avait trois rouleaux de support doubles. Les rouleaux de support et de support avaient des bandages en caoutchouc. Le char utilisait des chenilles en fonte de 300 mm de large, chaque chenille avait 97 chenilles. De chaque côté, il y avait trois rouleaux de support doubles. Les rouleaux de support et de support avaient des bandages en caoutchouc. Le char utilisait des chenilles en fonte de 300 mm de large, chaque chenille avait 97 chenilles. De chaque côté, il y avait trois rouleaux de support doubles. Les rouleaux de support et de support avaient des bandages en caoutchouc. Le char utilisait des chenilles en fonte de 300 mm de large, chaque chenille avait 97 chenilles.


Char Type 97 Chi-Ha (Japon) - Historique

Historique des chars
Faisant partie de la 1st Independent Tank Company et était à l'origine la 4th Company, 2nd Tank Regiment avec 108 hommes. L'unité débarque à Guadalcanal dans la nuit du 14 octobre 1942 depuis le Sasago Maru (1er Peloton) et avec le solde sur le Sakido Maru avec 104 hommes. L'un était KIA et deux WIA lors du débarquement et un char détruit (désactivé ?) par les tirs d'un navire de guerre américain inconnu.

Histoire de la guerre
Il n'y avait que neuf chars (char n° 1, 1er peloton, le char du commandant a eu des problèmes de moteur sur la route côtière et y est resté) impliqués dans l'attaque les chars n° 2 et 3 (3e peloton) n'ont pas été impliqués dans l'attaque directe.

Historique des missions
Le 24 octobre 1942, ce char tenta d'agresser Point Cruz et fut assommé par les Marines américains, alors qu'il tentait de traverser la rivière Matanikau le 24 octobre 1942. Le conducteur du char était le Sgt. Kanichi Tamura et son artilleur ont été tués en essayant de sortir du char en panne. Trente Japonais étaient KIA et dix WIA. Un, le Sgt Seizoh Watanabe s'est enfui avant la bataille ou juste après qu'elle ait commencé. Plus tard, il a été fait prisonnier. Lui et 14 autres étaient encore en vie il y a 12 ans.

Après l'action de combat initiale, les chars ont été désactivés et plusieurs ont été submergés par la mer et détruits. Les Japonais n'avaient ni pièces de rechange ni outils pour récupérer ou réparer les chars.

Par la suite, les forces américaines les ont détruits pour empêcher les mitrailleurs ou les tireurs d'élite japonais de les utiliser comme casemates. Tous ont été détruits par les tirs et la démolition, à l'exception de celui-ci.

Stan Jersey ajoute :
"La tête sur le char provenait du 4e char sur la photo de "traversée". In the photo---the first tank was the leader, the second tank was the adjutants tank, the third was the 3d Tank, 1st Platoon, the next was 3d Tank, 2d Platoon, the fourth tank---was a light tank (3d Tank, 1st Platoon). It is believed there were two bodies in the tank.

Débris
Over the decades, the Matanikau River mouth and sandbar has moved extensively, leaving the tank submerged up to its turret. During wet cyclones the Matanikau floods, washing away the sandbar, then it builds up again immediately.

Date unknown, a Japanese person, attempted to hire an Australian to pull the tank out but the crane could not get a firm hold on the rusted hull.

Les références
Thanks to Stan Jersy, Ewan Stevenson and Peter Flahavin for additional information

Contribuer des informations
Êtes-vous un parent ou associé à une personne mentionnée?
Vous avez des photos ou des informations supplémentaires à ajouter ?


Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos