Nouveau

Boulton Paul P.88

Boulton Paul P.88


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Boulton Paul P.88

Le Boulton Paul P.88 était une conception pour un chasseur armé de canons, conçu en réponse à la vitesse accrue des bombardiers au milieu des années 1930.

Pendant un certain temps, au milieu des années 1930, les bombardiers augmentaient de vitesse plus rapidement que les avions de chasse, ce qui rendait peu probable que les chasseurs contemporains, qui portaient souvent deux mitrailleuses, puissent les abattre. Une façon de résoudre ce problème était le chasseur à tourelle (comme le Boulton Paul Defiant), mais une route alternative était le chasseur armé de canons. Le ministère de l'Air a publié la spécification F.37/35, qui prévoyait un chasseur monomoteur armé de quatre canons. Le nouvel avion devait être 40 mph plus rapide que n'importe quel bombardier probable et avoir un plafond de 30 000 pieds. La possibilité d'armes mobiles a également été évoquée. Le nouvel avion devait également avoir un train d'atterrissage rétractable, des freins de roue et un démarreur électrique.

Bien que le chasseur armé de canon devienne l'un des types standard de la Seconde Guerre mondiale, au milieu des années 1930, le poids du canon rendait difficile la recherche de moteurs suffisamment puissants. En avril 1936, la spécification a été modifiée pour permettre des conceptions à deux moteurs, et en même temps l'idée de canon mobile a été abandonnée.

Hawker, Supermarine, Bristol, Westland et Boulton Paul ont tous proposé des modèles adaptés aux F.37/35. Hawker's était destiné à une version armée de canons du Hurricane (éventuellement produit sous le nom de Hurricane Mk IIC en 1941). Supermarine, Bristol et Westland proposaient tous des conceptions conventionnelles à deux moteurs, dont le Westland Whirlwind a été sélectionné pour la production.

Boulton Paul a proposé deux modèles - le P.89 bimoteur et le P.88 techniquement monomoteur. Deux versions étaient proposées. Le P.88A, propulsé par un moteur radial Hercules HE-ISM et le P.88B, qui utilisait le Rolls Royce Vulture, un nouveau moteur en forme de "X" 24 cylindres, utilisant quatre blocs-cylindres de la Rolls Royce Peregrine, un développement de le Kestral. Le Vulture devait produire 2 000 chevaux, mais ce moteur n'a jamais été vraiment fiable et a contribué à condamner l'Avro Manchester à l'échec. Le P.88 était un monoplan à aile basse, avec des sections centrales à cordes égales et des sections extérieures effilées avec un dièdre limité. Les canons sont arrivés dans la section extérieure de la section d'aile de niveau. Le train d'atterrissage rétractable était dans une position similaire.

Une commande provisoire a été passée pour deux prototypes du P.88A, mais au début de 1937, le ministère de l'Air avait décidé que les moteurs actuels n'étaient pas assez puissants pour la conception, tandis que le Vautour et d'autres moteurs plus puissants n'étaient pas assez avancés. . Le 11 février 1937, le P.88 fut annulé et le développement se concentra à la place sur le bimoteur Westland Whirlwind.

Moteur : Hercules HE-ISM (A)/Rolls Royce Vulture (B)
Équipage : 1
Portée : 39 pi 6 po (A)/44 pi (B)
Longueur : 32 pieds 8 pouces (A)/ 36 pieds 3 pouces (B)
Vitesse maximale : 337 mph à 15 000 pieds (A)/358 pieds à 15 000 pieds, 326 mph à 30 000 pieds (B)
Taux de montée : 3 500 pieds/min (A)/3 400 pieds/min (B)
Plafond de service : 39 500 pi (A)/ 38 000 pi (B)
Armement : Quatre canons Hispano de 20 mm dans les ailes


Diagnostic et traitement de la lombalgie : un guide de pratique clinique conjointe de l'American College of Physicians et de l'American Pain Society

RECOMMANDATION 1 : Les cliniciens doivent effectuer une anamnèse ciblée et un examen physique pour aider à classer les patients souffrant de lombalgie dans l'une des 3 grandes catégories : lombalgie non spécifique, lombalgie potentiellement associée à une radiculopathie ou une sténose vertébrale, ou lombalgie potentiellement associée à une autre douleur spécifique. cause vertébrale. L'anamnèse doit inclure une évaluation des facteurs de risque psychosociaux, qui prédisent le risque de lombalgie chronique invalidante (forte recommandation, preuves de qualité moyenne). RECOMMANDATION 2 : Les cliniciens ne devraient pas effectuer systématiquement d'imagerie ou d'autres tests de diagnostic chez les patients souffrant de lombalgie non spécifique (recommandation forte, preuves de qualité modérée). RECOMMANDATION 3 : Les cliniciens doivent effectuer une imagerie diagnostique et des tests pour les patients souffrant de lombalgie lorsque des déficits neurologiques sévères ou progressifs sont présents ou lorsque des affections sous-jacentes graves sont suspectées sur la base de l'anamnèse et de l'examen physique (recommandation forte, preuves de qualité modérée). RECOMMANDATION 4 : Les cliniciens doivent évaluer les patients présentant une lombalgie persistante et des signes ou symptômes de radiculopathie ou de sténose vertébrale par imagerie par résonance magnétique (de préférence) ou tomodensitométrie uniquement s'ils sont des candidats potentiels à une intervention chirurgicale ou à une injection péridurale de stéroïdes (en cas de suspicion de radiculopathie) (forte recommandation, preuves de qualité moyenne). RECOMMANDATION 5 : Les cliniciens doivent fournir aux patients des informations factuelles sur la lombalgie en ce qui concerne leur évolution attendue, conseiller aux patients de rester actifs et fournir des informations sur les options d'auto-soins efficaces (recommandation forte, preuves de qualité moyenne). RECOMMANDATION 6 : Pour les patients souffrant de lombalgie, les cliniciens devraient envisager l'utilisation de médicaments dont les bienfaits ont été prouvés en conjonction avec des informations sur les soins du dos et les soins personnels. Les cliniciens doivent évaluer la gravité de la douleur de base et des déficits fonctionnels, les avantages potentiels, les risques et le manque relatif de données d'efficacité et de sécurité à long terme avant de commencer le traitement (forte recommandation, preuves de qualité modérée). Pour la plupart des patients, les médicaments de première intention sont l'acétaminophène ou les anti-inflammatoires non stéroïdiens. RECOMMANDATION 7 : Pour les patients qui ne s'améliorent pas avec les options d'auto-soins, les cliniciens devraient envisager l'ajout d'un traitement non pharmacologique avec des avantages prouvés - pour la lombalgie aiguë, la manipulation vertébrale pour la lombalgie chronique ou subaiguë, la rééducation interdisciplinaire intensive, la thérapie par l'exercice, l'acupuncture, la massothérapie, la manipulation vertébrale, le yoga, la thérapie cognitivo-comportementale ou la relaxation progressive (recommandation faible, preuves de qualité moyenne).


Boulton Paul P.88 - Histoire

Le Paul Hamilton (DDG 60) est le 10e navire des destroyers lance-missiles de la classe Arleigh Burke et porte le nom de Paul Hamilton, le troisième secrétaire à la Marine des États-Unis. La quille était posée 24 août 1992, au chantier naval de Bath Iron Works à Bath, dans le Maine. Baptisé et lancé le 24 juillet 1993. L'honorable Barbara Spyridon Pope, U.S. SECNAV, a parrainé le navire. Cmdr. John Joseph Hammerer, Jr., est le futur commandant.

27 mai 1995 L'USS Paul Hamilton a été mis en service lors d'une cérémonie à la base navale de Charleston, en Caroline du Sud.

12 décembre 1996 Cmdr. William E. Landay, III soulagé le Cmdr. John Joseph Hammerer, Jr., comme commandant du Paul Hamilton.

21 avril 1997 Le Paul Hamilton s'est arrêté à Fremantle, en Australie, pour une visite d'une semaine à Perth.

7 juillet 1998 Cmdr. James K. Hiser soulagé le Cmdr. William E. Landay, III en tant que commandant de Paul Hamilton.

7 avril 2000 Cmdr. Dennis J. O'Meara soulagé le Cmdr. James K. Hiser en tant que 4e commandant du DDG 60.

février ?, 2001 L'USS Paul Hamilton est retourné à Pearl Harbor après un déploiement de six mois dans l'ouest du Pacifique.

16 novembre, Cmdr. Frederick W. Pfirrmann soulagé le Cmdr. Dennis J. O'Meara comme commandant de l'USS Paul Hamilton.

Le 7 janvier 2002, l'USS Paul Hamilton a quitté son port d'attache pour un exercice d'unité d'entraînement composite (COMPTUEX), au large des côtes du sud de la Californie, dans le cadre du groupement tactique USS Abraham Lincoln (CVN 72).

2 août 2002 L'USS Paul Hamilton a quitté la base navale de Pearl Harbor pour un déploiement prévu à l'appui des opérations d'interdiction maritime (MIO), Enduring Freedom et Iraqi Freedom.

Le 28 août, le DDG 60 est arrivé à la base navale royale thaïlandaise de Sattahip, en Thaïlande, pour se détendre et se détendre. En septembre, le destroyer lance-missiles a également visité Singapour et Phuket, en Thaïlande.

Le 23 octobre, le directeur général de l'USS Paul Hamilton, le lieutenant Cmdr. Thomas L. Robinson a été retrouvé mort dans sa cabine d'une apparente blessure par balle auto-infligée. Le navire faisait escale à Manama, Bahreïn, au moment de l'incident.

6 décembre, alors qu'ils menaient des opérations d'interdiction maritime, l'USS Paul Hamilton et un navire non identifié sont entrés en collision dans le nord du golfe Persique vers 20 h 24. heure locale. Aucun membre du personnel n'a été blessé à bord du Hamilton. Le navire a subi un trou non menaçant sur le côté du navire au-dessus de la ligne de flottaison et a poursuivi sa mission.

Janvier ?, 2003 Après avoir quitté leur escale du réveillon du Nouvel An à Darwin, en Australie, le Paul Hamilton a fait escale à Brisbane, en Australie, pour sa première escale majeure en quatre mois.

Le 20 mars, l'USS Paul Hamilton a lancé ses premiers missiles d'attaque terrestre Tomahawk (TLAM), juste avant l'aube depuis la station du nord du golfe Persique, à l'appui de l'opération Iraqi Freedom.

26 avril, l'USS Paul Hamilton est retourné au port d'attache après un déploiement prolongé de neuf mois dans le comabt.

25 juillet, Cmdr. William C. Johnson a soulagé le Cmdr. Frederick W. Pfirrmann en tant que 7e commandant du DDG 60 lors d'une cérémonie de passation de commandement à la base navale de Pearl Harbor.

Le 11 novembre, le Paul Hamilton a mené des opérations avec les navires de la marine russe Marshall Shaposhnikov et Pechenga, du 28 au 29 octobre. C'était la première fois en près d'une décennie que les deux pays menaient des opérations maritimes conjointes dans le cadre de l'opération hawaïenne. Zone.

22 juin 2004, USS Paul Hamilton, avec USS O&rsquoKane (DDG 77), USS Reuben James (FFG 57), USS Key West (SSN 722) et HMAS Farncomb (SSG 74), ont participé à l'exercice d'entraînement multinational "Silent Fury" avec le Le sous-marin diesel de la Royal Australian Navy (RAN) HMAS Rankin, lors de son transit d'Australie à Hawaï du 4 au 8 juin.

16 mars 2005 Cmdr. Werner H. Jurinka a soulagé le Cmdr. William C. Johnson en tant que 7e commandant de Paul Hamilton.

Le 9 mai, l'USS Paul Hamilton a quitté Pearl Harbor pour un déploiement prévu en Asie du Sud-Est à l'appui de la préparation et de l'entraînement à la coopération à flot (CARAT).

23 août La série annuelle d'exercices de préparation et d'entraînement à la coopération à flot s'est terminée avec la clôture de la phase des Philippines. CARAT Singapour s'est déroulé du 30 mai au 13 juin CARAT Thaïlande du 17 au 26 juin CARAT Malaisie du 8 au 18 juillet CARAT Indonésie du 25 au 29 juillet et CARAT Brunei du 4 au 12 août. Les navires du groupe opérationnel sont arrivés aux Philippines le 15 août pour la phase finale de l'exercice.

8 novembre, l'USS Paul Hamilton est retourné au port d'attache après une période de quatre mois et demi en cours.

Le 23 décembre 2005, le DDG 60 a participé à l'exercice de force opérationnelle conjointe du groupe aéronaval de l'USS Ronald Reagan (JTFEX) 06-2, au large des côtes du sud de la Californie, dans le cadre des forces d'opposition du 7 au 15 décembre.

4 août 2006 Le Paul Hamilton est retourné à la base navale de Pearl Harbor après avoir participé à Rim of the Pacific 2006. Huit nations ont participé à RIMPAC, le plus grand exercice maritime biennal au monde dans les eaux au large d'Hawaï.

7 septembre, Cmdr. Christopher J. Bushnell soulagé le Cmdr. Werner H. Jurinka en tant que commandant du DDG 60.

Le 19 septembre, l'USS Paul Hamilton participe actuellement à l'exercice de l'unité de formation composite (COMPTUEX), dans le cadre du John C. Stennis (CVN 74) Carrier Strike Group (CSG) 3, dans le SOCAL Op. Zone en cours pour un exercice de la Force opérationnelle interarmées (JTFEX) le novembre ?.

3 février 2007 L'USS Paul Hamilton a quitté Pearl Harbor pour un déploiement intensif avec le Reagan CSG. Le destroyer lance-missiles est parti pour la première fois le 26 janvier, mais est rentré chez lui plusieurs jours plus tard et a été réaffecté au groupe aéronaval de l'USS Ronald Reagan (CVN 76).

Le 7 mars, l'USS Paul Hamilton est arrivé à Hong Kong pour une escale prévue.

Le 2 mai, le Paul Hamilton a récemment quitté Busan, en République de Corée, après une escale dans un port.

Le 10 juin, DDG 60 a quitté Brisbane, Australie, pour participer à l'exercice Talisman Sabre 2007. TS07 est un exercice conjoint et combiné démontrant et améliorant l'alliance militaire américano-australienne qui mettra en vedette la planification d'action de crise et l'exécution d'opérations d'intervention d'urgence dans les terres , les manœuvres maritimes et aériennes. Plus de 20 000 membres du personnel américain et 12 000 australiens participeront à l'exercice d'entraînement militaire visant à améliorer l'interopérabilité et la stabilité régionale.

Le 10 août, le Paul Hamilton participe actuellement à l'exercice Valiant Shiled, dans le cadre du Stennis Carrier Strike Group, au large de Guam.

20 août, l'USS Paul Hamilton est retourné à la base navale de Pearl Harbor après six mois et demi de déploiement.

2 mai 2008 Cmdr. Brent E. Smith soulagé le Cmdr. Christopher J. Bushnell en tant que commandant du Paul Hamilton lors d'une cérémonie de passation de commandement à bord du Battleship Missouri Memorial.

Le 12 juillet, le Paul Hamilton participe actuellement à l'exercice Rim of the Pacific (RIMPAC) 2008 au large des côtes hawaïennes.

Le 1er novembre, un missile SM-3, lancé depuis l'USS Paul Hamilton, a intercepté avec succès une cible de missile balistique au-dessus d'une zone océanique ouverte au nord-ouest de Kauai, à Hawaï, dans le cadre du Pacific Blitz 08.

13 janvier 2009 DDG 60 a quitté le port d'attache pour participer à la voile de groupe de combat de surface du Pacifique moyen (MIDPAC).

20 janvier, l'USS Paul Hamilton a quitté Pearl Harbor pour un déploiement prévu dans l'AoR du Commandement central des États-Unis, dans le cadre du programme d'emploi opérationnel des combattants de surface du milieu du Pacifique.

31 juillet, le destroyer lance-missiles s'est rendu à Hong Kong pour une visite au port de la liberté.

21 août, l'USS Paul Hamilton est retourné à Pearl Harbor après un déploiement de sept mois. Le navire a également participé aux exercices Arabian Gauntlet et Nautical Union.

12 janvier 2010 Cmdr. Edward J. Eder soulagé le Cmdr. Brent E. Smith comme commandant du Paul Hamilton.

Le 21 juin, le Paul Hamilton a terminé sa disponibilité au chantier naval de Pearl Harbor et à l'installation de maintenance intermédiaire (PHNSY&IMF). L'entretien important au cours de la valeur de 20 millions de dollars de la disponibilité restreinte sélectionnée en cale sèche (DSRA) comprenait la préservation de la coque, les arbres et les vannes.

18 novembre, USS Paul Hamilton, avec USS Lake Erie (CG 70), USS Russell (DDG 59), USS Chung-Hoon (DDG 93), USS Reuben James (FFG 57), USS Pasadena (SSN 752), USS Tucson (SSN 770), USS Cheyenne (SSN 773) et USS Alabama (SNLE 731), ont participé à l'exercice d'entraînement intégré "Koa Kai 11-1" au large des côtes d'Hawaï, du 12 au 17 novembre. Dans le passé, les navires de guerre basés à Pearl Harbor auraient été obligés de passer jusqu'à un mois dans des exercices d'entraînement préalables au déploiement similaires dans les eaux du sud de la Californie.

30 novembre, l'USS Paul Hamilton a quitté la base commune Pearl Harbor-Hickam pour un déploiement indépendant.

5 janvier 2011 Le destroyer lance-missiles a récemment amarré au port de Khalifa Bin Salman (KBSP), à Bahreïn, pour une escale de routine.

Le 8 juin, le DDG 60 a jeté l'ancre dans le port de Victoria pour une escale de quatre jours à Hong Kong.

29 juin, l'USS Paul Hamilton est retourné à Pearl Harbor après un déploiement de sept mois dans les zones de responsabilité des 5e et 7e flottes des États-Unis.

29 juillet, Cmdr. Scott A. Carroll soulagé le Cmdr. Edward J. Eder en tant que commandant du Paul Hamilton lors d'une cérémonie de passation de commandement à bord du navire à Pearl Harbor.

Le 27 janvier 2012, l'USS Paul Hamilton a terminé une période de disponibilité restreinte sélectionnée (SRA) de 20 semaines, devenant ainsi le premier navire de surface à terminer une disponibilité de chantier naval à l'aide d'un nouveau processus de maintenance, connu sous le nom de groupe de travail de disponibilité de base (BAWP)/paquet de travail de disponibilité ( AWP).

Le 30 mars, le Paul Hamilton participe actuellement à l'exercice d'entraînement intégré "Koa Kai 12-2", au large d'Hawaï.

Le 13 juillet, le destroyer lance-missiles participe actuellement à un exercice multinational Rim of the Pacific (RIMPAC) 2012, au large des îles Hawaï.

21 septembre, l'USS Paul Hamilton a quitté Pearl Harbor pour un déploiement prolongé dans le cadre de l'USS John C. Stennis CSG.

Le 5 octobre, le DDG 60 s'est amarré à la base navale de Sepanggar pour une escale de quatre jours à Kota Kinabalu, en Malaisie.

Le 13 octobre, le Paul Hamilton a jeté l'ancre au large de Phuket, en Thaïlande, pour une escale de quatre jours.

Le 4 novembre, l'USS Paul Hamilton a quitté le port de Khalifa Bin Salman après une visite d'une semaine à Bahreïn.

20 décembre Le destroyer lance-missiles a récemment accosté à Manama, au Bahreïn, pour une escale de routine.?

10 février 2013 USS Paul Hamilton est arrivé à Jebel Ali, Émirats Arabes Unis, pour une visite de liberté à Dubaï Inport Jebel Ali à nouveau du 3 au 7 avril.

Le 17 avril, le Paul Hamilton a de nouveau amarré au KBSP à Hidd, Bahreïn, pour un entretien de 15 jours.

Le 2 mai, Cmdr. Luke A. Frost soulagé le Cmdr. Scott A. Carroll en tant que commandant du DDG 60 lors d'une cérémonie de passation de commandement à bord du navire dans le golfe Persique.

Le 12 mai, le Paul Hamilton est arrivé au port de Khalifa Bin Salman pour une escale de quatre jours.

31 mai, le destroyer lance-missiles amarré au port sud de Manille, en République des Philippines, pour une escale de quatre jours.

Le 9 juin, le DDG 60 s'est arrêté dans le port d'Apra, à Guam, pour une escale de routine.

24 juin, l'USS Paul Hamilton est retourné au port d'attache après un déploiement de neuf mois.

Le 18 octobre, BAE Systems Hawaii a obtenu une modification de 13,2 millions de dollars au contrat précédemment attribué (N00024-06-C-4408) pour la disponibilité restreinte sélectionnée (SRA) de Paul Hamilton. Les travaux devraient être terminés en mars 2014.

17 avril 2014 Le Paul Hamilton a récemment quitté Pearl Harbor pour des essais en mer après un SRA de quatre mois.

Le 20 juin, l'USS Paul Hamilton est retourné à Pearl Harbor après une semaine d'entraînement de routine.

26 septembre, Cmdr. John S. Barsano soulagé le Cmdr. Luke A. Frost en tant que 13e CO de Paul Hamilton lors d'une cérémonie de passation de commandement à Joint Base Harbor-Hickam Pearl.

16 octobre, le destroyer lance-missiles a récemment quitté son port d'attache pour participer à un exercice de groupe opérationnel (TGEX), au large des côtes de la Californie du Sud, du 20 au 31 octobre.

Le 9 décembre, l'USS Paul Hamilton a secouru le pêcheur Ron Ingraham, à environ 55 n.m. au sud d'Honolulu, après que son navire de 25 pieds Malia se soit échoué en mer sans eau ni nourriture pendant 12 jours.

14 février 2015 L'USS Paul Hamilton a quitté Pearl Harbor pour un déploiement prévu dans le golfe Persique à l'appui des opérations d'interception maritime (MIO).

Le 25 février, le Paul Hamilton s'est récemment arrêté à Apra Harbour, Guam, pour une escale de routine.

Le 17 mars, le DDG 60 a amarré au quai 8 du port de Mormugao pour une visite de quatre jours à Goa, en Inde.

Le 28 mars, l'USS Paul Hamilton a amarré à l'extérieur de l'USS Mitcher (DDG 57) au poste à quai 5, port de Khalifa Bin Salman (KBSP) pour un briefing et une rotation des tâches.

23 avril, Le Paul Hamilton a amarré au quai 9 du port de Jebel Ali, aux Émirats arabes unis, pour une visite du Liberty Port à Dubaï.

Le 27 août, l'USS Paul Hamilton s'amarre au quai 1, Sembawang Terminal à Singapour pour une escale programmée.

Le 6 septembre, l'USS Paul Hamilton a amarré au quai 15 à Manille South Harbor, en République des Philippines, pour une escale de trois jours.

29 septembre, USS Paul Hamilton amarré au quai B22 sur Joint Base Harbor-Hickam Pearl à la suite d'un déploiement de sept mois et demi.

Le 30 octobre, le Paul Hamilton a quitté le quai B16 pour un entraînement de routine dans le cadre de l'opération hawaïenne. Zone.

18 janvier 2016 DDG 60 a récemment quitté Pearl Harbor pour participer aux efforts de recherche et de sauvetage de deux CH-53E Super Stallions, qui sont entrés en collision jeudi soir avec 12 personnes à bord, à environ 2 milles au large de Haleiwa, Oahu Amarré à Bravo 23 Wharf le janvier 2 ? En cours pour les opérations locales le 12 février.

Le 9 mars, l'USS Paul Hamilton est actuellement amarré au quai B22 sur Joint Base Pearl Harbor-Hickam.

25 mars, Cmdr. Danielle C. Defant soulagé le Cmdr. John S. Barsano en tant que commandant du Paul Hamilton lors d'une cérémonie de passation de commandement à Bravo 22 Wharf.

5 avril, USS Paul Hamilton a quitté le quai B25, Pearl Harbor pour un changement de port d'attache à San Diego, Californie Amarré au quai 5, quai 8 à la base navale de San Diego le 12 avril.

Le 3 mai, le Paul Hamilton a quitté la base navale de San Diego pour des opérations locales. En cours du 9 au 1 mai ?.

Le 25 mai, BAE Systems San Diego Ship Repair a remporté un contrat de 40,7 millions de dollars pour l'exécution de la mise en cale sèche étendue de l'USS Paul Hamilton (E-DSRA). Les travaux devraient être terminés d'ici août 2017.

6 juin, le destroyer lance-missiles amarré à Bravo Pier, Naval Air Station North Island pour un bref arrêt pour décharger des munitions avant de commencer pour des opérations locales Amarré au quai 5, Pier 8 le 9 juin Entré dans la cale sèche Pride of San Diego à BAE Chantier naval des systèmes en août.

Avril ?, 2017 USS Paul Hamilton désamarré et amarré à quai au chantier naval de BAE Systems.

1er décembre, Cmdr. Edward P. Bertucci soulagé le Cmdr. Danielle C. Defant en tant que 15e commandant de Paul Hamilton, lors d'une cérémonie de passation de commandement à bord du USS Midway Museum.

Le 12 décembre, le Paul Hamilton a déménagé "dead-stick" du chantier naval de BAE Systems au quai 6, quai 8 sur la base navale de San Diego.

Janvier ?, 2018 USS Paul Hamilton déplacé de Pier 8 à quai 5, Pier 10 sur la base navale de San Diego amarré à la Navy Fuel Farm (NFF) sur la base navale de Point Loma pour un bref arrêt pour faire le plein avant d'être en cours pour les essais en mer le 6 août Amarré au quai 2, au quai 3 le 7 août En cours à nouveau du 9 au 13 août, du 17 au 18 octobre et du 22 octobre.

Le 23 octobre, le DDG 60 amarré au quai 311 sur la base navale de Seal Beach, en Californie, pour un chargement de munitions d'une journée. Rentré chez lui le 26 octobre En cours pour un entraînement de routine le 29 octobre.

Le 2 novembre, le Paul Hamilton a fait une brève escale à NFF avant de s'amarrer au quai 2, quai 3 sur la base navale de San Diego En cours le 13 novembre Amarré au quai 6, quai 3 le 16 novembre.

Le 21 novembre, l'USS Paul Hamilton amarré au quai 1, Pier 3 sur la base navale de San Diego après deux jours en cours dans le cadre de l'opération SOCAL. Zone.

Le 27 novembre, le Paul Hamilton amarré au quai 6, Pier 10 sur la base navale de San Diego après une journée en cours pour l'entraînement de routine en cours à nouveau du 11 au 1 décembre ?.

28 janvier 2019 USS Paul Hamilton amarré au quai 2, Pier 13 sur la base navale de San Diego après trois jours en cours dans le SOCAL Op. Zone en cours à nouveau du 27 février au 1er mars.

18 mars, USS Paul Hamilton amarré au quai 2, Pier 7 sur la base navale de San Diego après une semaine en cours au large des côtes du sud de la Californie En cours le 25 mars Amarré à Bravo Pier, NAS North Island pour un bref arrêt pour charger des munitions avant de rentrer chez lui le 29 mars.

Le 8 avril, le Paul Hamilton amarré au quai 1, Pier 13 sur la base navale de San Diego après une semaine en cours dans le cadre de l'opération SOCAL. Zone en cours pour un entraînement de routine le 9 mai Amarré au quai 6, quai 2 le 10 mai Amarré au quai Bravo pour un bref arrêt pour décharger des munitions avant de reprendre la route le 28 mai.

Le 31 mai, l'USS Paul Hamilton a amarré au quai 4 à Port Hueneme, en Californie, pour une escale de 10 jours afin de mener des systèmes de combat avec le Naval Surface Warfare Center (NSWC) amarré au quai 2, quai 3 de la base navale de San Diego le 12 juin.

14 juin, Cmdr. Mark W. Lawrence a soulagé le Cmdr. Edward P. Bertucci en tant que commandant du DDG 60 lors d'une cérémonie de passation de commandement à bord du navire.

Le 18 juin, l'USS Paul Hamilton a amarré au quai 2, quai 3 sur la base navale de San Diego après une journée en cours pour la formation d'orientation professionnelle pour les aspirants de marine (CORTRAMID) croisière d'été amarré à Bravo Pier pour un bref arrêt pour décharger des munitions le 1er juillet.

Le 2 août, le Paul Hamilton a amarré au quai 6, Pier 10 sur la base navale de San Diego après 28 jours en cours pour Group Sail, dans le cadre de l'USS Theodore Roosevelt (CVN 71) CSG en cours le 20 septembre.

23 septembre, le destroyer lance-missiles amarré au quai 311 de la station d'armes navales Seal Beach pour un chargement de munitions de quatre jours. ? En cours pour un exercice d'unité de formation composite (COMPTUEX) et un exercice de force opérationnelle interarmées (JTFEX) du 19 novembre au 15 décembre Amarré à Bravo Pier pour un bref arrêt pour charger des munitions le 16 janvier.

17 janvier 2020 L'USS Paul Hamilton a quitté San Diego pour un déploiement prévu dans le golfe Persique.

Le 27 janvier, le Paul Hamilton a effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Arctic (T-AOE 8), alors qu'il était en cours au nord d'Oahu, Hawaii a effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Tippecanoe (T-AO 199) le février 3 A effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Cesar Chavez (T-AKE 14) le 15 février.

18 février, USS Paul Hamilton amarré au quai 5, RSS Singapura pour une visite du port de liberté de trois jours à Singapour A traversé le détroit de Malacca en direction nord du 21 au 22 février A traversé le détroit d'Ormuz le 4 mars A effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Walter S. Diehl (T-AO 193) les 5 mars, 11 mars et 1er avril A effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS William McLean (T-AKE 12) le 17 avril.

Le 18 avril, l'USS Paul Hamilton a amarré au quai 7, Deep Water Jetty, port de Mina Salman à Manama, Bahreïn, pour une escale de quatre jours. A effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Walter S. Diehl le 28 avril.

14 juin, Le Paul Hamilton a effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Amelia Earhart (T-AKE 6), alors qu'il faisait route dans le golfe Persique. A effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Walter S. Diehl les 8 et 22 juillet Vous avez traversé le détroit d'Ormuz en direction sud le 2 juillet ? A de nouveau effectué un ravitaillement en mer le 29 juillet A traversé le détroit d'Ormuz en direction nord le 9 août.

Le 22 août, le DDG 60 a effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Matthew Perry (T-AKE 9), alors qu'il était en cours dans le golfe Persique. 28 A transité vers le nord le 30 août A effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Leroy Grumman (T-AO 195) le 31 août Inport Manama, Bahreïn, du 13 septembre au 13 septembre A de nouveau transité vers le sud le 14 septembre.

Le 16 septembre, l'USS Paul Hamilton a effectué un ravitaillement en mer avec l'USNS Yukon (T-AO 202), alors qu'il était en cours dans la mer d'Oman a transité par le détroit de Malacca en direction sud du 22 au 23 septembre Amarré au quai 5, RSS Singapura à partir de septembre 23-24 A traversé le détroit de Surigao en direction nord le 27 septembre Amarré au quai H3 à Pearl Harbor, Hawaï, pour une brève escale le 7 octobre.

13 octobre, USS Paul Hamilton amarré au quai 1, Pier 12 sur la base navale de San Diego à la suite d'un déploiement prolongé de neuf mois.

12 novembre, Cmdr. Keith Turner a soulagé le Cmdr. Mark W. Lawrence en tant que 17e commandant de Paul Hamilton lors d'une cérémonie de passation de commandement à bord du navire.

Le 13 novembre, le Paul Hamilton a quitté la base navale de San Diego pour des opérations de routine au large des côtes du sud de la Californie. Amarré au quai 311 sur NWS Seal Beach pour le déchargement de munitions du 16 au 20 novembre. stick" au chantier naval Continental Maritime of San Diego (CMSD) le 10 décembre.


Boulton Paul P.88 - Histoire

"Il a dormi avec ces instruments", a déclaré Steve Parish, responsable de l'équipement, qui s'est occupé des guitares de Garcia pendant plus de 25 ans. "Vous pourriez perdre des amplis. Vous pourriez casser des choses, et parfois nous le faisions. Mais je ne pouvais jamais regarder Jerry dans les yeux et dire:" Je n'ai pas votre guitare. "

Jerry avait environ 25 guitares, mais 70% de son temps sous les projecteurs, il n'en jouait que 3, toutes construites sur mesure par le même luthier.

Son premier était un Danelectro (15 ans). Son acoustique à l'époque avec Robert Hunter avant son passage au banjo est incertaine.

Avec les Warlocks en '65 à 23 ans, il a joué un Guild Starfire rouge, également utilisé sur l'album 1st Dead.

1966- même guitare

1967-Guild, puis en été, il est passé à une Gibsons Les Pauls noire de 1957 avec des P90 avec des couvercles retirés et un trémolo Bigsby

1968 - Les Paul Gold-top avec P-90 single coil p/u's. 3 Twin Reverbs, 2 baffles Fender 4x12, enceintes JBL D120


1968 Summer - passe à une autre Black Gibson

1969- Gibson SG avec une pédale wah-wah Vox Crybaby. Joué sur Live Dead

1970-1963 Sunburst Strat avec touche palissandre du Brésil


Martin D-18 et une pédale acier ZB sur Wokingman's Dead, American Beauty

En mai 1970 il est de retour sur la Gibson SG comme ci-dessus

1971- Sunburst Les Paul

March et April Jer passent à une guitare sur mesure. Dit être un projet Alambic

May Jer sort la Natural 57 Fender Strat que Graham Nash lui a offerte

Summer passe à une télé Gibson Les Paul

1972 -Alligator -la guitare Graham Nash

June revient à l'autocollant Sunburst Strat sans drapeau américain
Strat 󈦘/󈧽 Sunburst tout érable

et revient à la Strat que Graham Nash lui a donnée, avec l'autocollant Alligator.

72- suite Garcia a acheté la première guitare jamais fabriquée par Doug Irwin pour 850 $ (connue sous le nom de 001) et en a commandé une autre sur mesure.

À ce stade, son ampli Silverface Fender Twin était déjà une partie centrale de son son. Il a continué à utiliser le préampli de l'ampli Fender jusqu'en 1993. De la fin des années 70 à environ 1993, il n'a pas utilisé l'ampli de puissance et les haut-parleurs du Fender, mais a utilisé trois haut-parleurs JBL D120/E120 dans un boîtier vertical alimenté par un Ampli à semi-conducteurs McIntosh (notez que cela a probablement fait l'ampli de puissance de classe A, qui n'est pas l'ampli de puissance de classe AB que le Fender a normalement). Il a été micro avec un micro Sennheiser 421.

1973- Jerry continue d'utiliser Alligator

En mai 73, il a reçu son premier Doug Irwin personnalisé (Sonoma, CA) - le "Wolf" qu'il a payé 1 500 $. (Garcia a donné la 001 d'Irwin au membre original de l'équipe de Dead Road, Ramrod. Garcia a donné beaucoup de guitares.)
- Description: manche en érable de 25,5 pouces, touche en ébène de 24 frettes, corps en érable blond "piqué" occidental avec noyau en cœur violet (amarante). Des tripes comme une Strat avec
un Alambic Stratoblaster installé.

*1972-1974 la pédale wah est une ColorSound "Vol + Wah"

1975- Travis Beam TB 1000A

Jerry, "Je n'aime pas les guitares disponibles. J'essaie de faire construire une guitare." D'où le haricot de Travis. Il a ri en la voyant pour la première fois, mais a rapidement changé d'avis lorsqu'il a essayé la guitare à manche en aluminium personnalisée fabriquée à San Francisco.

1976- Travis Bean TB500 avec micros à simple bobinage et boucle d'effet.

03/10/76 dernier Boogie Mark I show 09/10/76 première apparition de Twin Twins

Effets - Mu-Tron III + diviseur d'octave Mu-Tron + délai analogique MXR

1977- Travis Beam TB500 obtient le Unity Gain Buffer construit par John Cutler

77- Fall Jerry récupère son loup modifié de Doug Irwin. Complet avec simple bobinage et boucle d'effets.
Irwin enlève l'autocollant Wolf et incruste le loup dans la guitare. Il supprime également le paon sur la poupée et ajoute son logo Eagle signature.

19 79 -Reconstruction- Keystone -Ibanez Musicien

1979 à 1990- TIGRE
Le 4 août 1979 à l'Oakland Auditorium Tiger fait ses débuts

"Tiger" (couvercle en nacre) Description : Sept ans de fabrication, touche en ébène sur manche en érable, table et dos cambrés en cocobola, manche et corps en rayures vermillon et corps en érable flammé W. Marqueurs de position des doigts incrustés méticuleux et approche Strat de matériel en laiton fabriqué à la main, mais avec un simple bobinage DiMarzio SDS-1 et deux humbuckers DiMarzio Super 2 qui ont été facilement retirés, car Jerry pensait que leur sortie s'était affaiblie après un an ou deux. Il y avait aussi la boucle de dérivation des effets de Jerry (il connaissait son électronique !), ainsi qu'un tampon/ampli op-amp pour maintenir le haut de gamme pendant que les effets étaient activés. Résultat : la guitare préférée de Garcia pour les 11 prochaines années et la plus jouée. Jerry a attaché cette lourde guitare de 13 1/2 livres pendant 11 ans.
Plus de détails

1988-89 Jerry a commencé à jouer une Black Strat avec Midi pendant l'espace. Voici le Jer numérique

1989- Tournée d'automne (notamment le spectacle des Hampton Warlocks) Wolf est brièvement sorti de sa retraite comme cobaye pour des expériences de synthétiseur MIDI. En 1989, Jerry a monté une interface de synthé GK-7 sur le Wolf. Couplé au contrôleur GK-50. Après qu'un synthétiseur Roland ait été connecté avec succès à Wolf, l'expert en réparation de San Francisco, Gary Brawer, l'a ensuite adapté en interne. Tiger went back to the shop for retrofitting. Garcia used the synthesizer attachment to make his guitar sound like a trumpet or other instruments.

1990- Rosebud Irwin delivered his $11,000 masterpiece, Rosebud, with MIDI controls built in. "Everything he had learned about guitars went into Rosebud
Jerry played Tiger for another year for Garcia Band Shows.

Garcia's next guitar arrived in the mail at the Grateful Dead office in 1993. Stephen Cripe, a 39-year-old Florida woodworker who spent years building custom interiors for Caribbean yachts, decided to try his hand at making a guitar. Using a few photos and a well worn "Dead Ahead" video., he knocked off Irwin's design of Tiger with a few flourishes of his own, like carving the body out of a piece of East Indian rosewood recycled from a 19th century Asian opium bed. It had an acoustic piezo pickup built in. Built "totally by feel", the cocobola through-body neck has a recycled Brazilian rosewood fingerboard (note: Jerry's interest in the rain forest) with an unusual accuracy in the higher end allowing him to play where he usually avoided.

" Garcia was amazed when it came around," said band mate Bob Weir, "at the guesswork he had to make -- and got right -- to give that guitar Irwin's look and feel. It was astounding." Garcia gave the piece to San Francisco repairman Gary Brawer to fix the electronic guts, but it was a miracle guitar.

He pronounced the piece "the guitar I've always been waiting for" and began playing the instrument exclusively. It came to be called Lightning Bolt. Garcia met with Cripe briefly backstage at a Florida concert and commissioned a second guitar for $6,500, known as Top Hat, although Garcia almost never played it. Cripe, whose hobby was making fireworks, died in May 1996 when his work shed blew up. He used an exploding firecracker as the insignia on his guitars' headstocks.

In April of '95 Jerry ordered the backup "Top Hat".

1994- Summer Tour Jerry brings back out Rosebud but in the fall back to Lightning Bolt.

1995- Lightning Bolt was in the shop on the last tour. In his final show at Soldier Field in Chicago on July 9, 1995, Garcia started out playing Rosebud, but midway through the show, the guitar developed problems. Garcia strapped on the tour's spare guitar -- Tiger, out of mothballs for the occasion -- and finished his final concert on his old trusty ax.

Martin D-18 "American Beauty", "Wokingman's Dead"
ZB pedal steel 70-74
Takamine acoustics 1980 acoustic shows & benefits
Alvarez-Yairi "Garcia/Grisman" + live shows
Jerry used "Rosebud" at the last Grateful Dead show in Chicago. On Aug 4, 1995.
Jerry recorded "Blue Yodel # 9" using a mint condition 1939 Gibson Super 400N acoustic that seen in the video for the movie "Smoke". Its likely the last guitar Jerry ever graced.


Effects used during the early '70's were limited mostly to the Vox wah-wah pedal being occasionally used.
By the late '70's, he was using the Mutron envelope filter (which was used for Estimated, Shakedown, etc.), and he continued to use it until the very end. A Mutron Octive Divider, MXR Distortion +, Phase 100 and Analog Delay.
By the late '80's, his effects consisted of mostly Boss effects: Octave Divider, Turbo Overdrive, Super Overdrive, EQ's, etc. in two effects loops. He also used some extremely expensive Lexicons a PCM-42 or PCM-60, with a PCM-70) reverb/delay units in the rack behind him these are studio units.
By 1993, he was using these effects, but used a Groove Tube TRIO preamp as well as a Real Tube Reverb unit to go direct to the soundboard, when all of the power amps & speakers were removed from the stage. They used in-the-ear monitors instead of floor monitor wedges.

Chandler Stereo Digital Echo
Korg O1R/W
Korg M1R
Emu Proteus/1
ADA MicroCab
Alesis Midiverb
Boss OD2
Turbo Overdrive Boss OD1
Overdrive 2
Boss GE7 Equalizers
Boss OC2 Octave
Mutron III
MXR Phase 100
Groove Tubes Trio
Tube Works Real Tube Reverb
some ADA rack mount FX box

65,66 - Guild - cherry red
6/21/67 - black 1956 Les Paul w/p-90's p/u covers removed
8/4/67 - ditto,but this guitar has a Bigsby tailpiece/tremelo bar. It could've been installed,or could be a different axe.
3/3/68 - gold-top Les Paul with single coil p/u's (aka soap-bars,aka P-90's) three Twin Reverbs w/two ext. Fender 4x12 cabinets, JBL speakers
3/1/69 - cherry Gibson SG. I associate this gtr with the "Live Dead" sound. Vox Crybaby wah-wah pedal
10/24/69 - sunburst Strat. He's pictured playing this one on several 1970 dates,but he's back on an SG on 5/6/70 and pics captioned "1970" on p.257 in the Compendium. The SG gets some studio use w/Crosby,12/70. 3/24/71 - page 310. Looks like a Les Paul neck on a handmade body. I'll take a guess that it was an early effort from the Alembic guys, because the raised pickguard appears to be made of hand-cast metal,and they were into that.
4/71 - page 313. Same guitar or a Les Paul? I can't tell.
8/71 - sunburst Les Paul
4/72 - natural finish Strat.As heard on Europe '72.
5/20/73 - same guitar,it now has an extra knob and a custom-made plate covering the electronics. . in a GP interview he sez the plate broke (when tweaking electronics?) and they fixed it such that it looked like 03/23/75. Mesa/Boogie MkI as pre-amp > MC2300 > 3 2x12's
06/17/75. mxr distortion+, mxr phase100
09/28/75. Travis Bean MC1000 w/humbuckers
76 Travis Bean MC500 w/single-coil pickups and fx loop +Mu-Tron III +Mu-Tron Octave Divider +MXR analog delay
early '77 Travis Bean MC500 recieves Jerry's first unity-gain buffer/fx loop jack combo, placing all effects in front of Jerry's gtr vol. knob.
05/77. 1 (silverface)Twin Reverb as pre-amp > McIntosh MC2300 power amp > 3 JBL 2x12's BF Twin as reserve backup head
09/28/77. return of "Wolf", w/added buffer/fx loop, still with 3 single-coil p/u's. Bean returns for select JGB shows through '78
mid '78 "Wolf" gets new Dimarzio pickups:(b,m)Dual Sound(n)SDS-1
fall '79 "Tiger" Irwin custom:(b,m)Dual Sound,(n)SDS-1
Feb. to Mar. '80 JGB tour Mesa Boogie MkIIa head> MC2300> Hard Trucker JBL 3x12
'82 "Tiger" gets pickup change:(b,m)Dimarzio Super 2,(n)SDS-1. that.

Garcia began playing electric guitar with the Warlocks, before the band changed its name to the Grateful Dead. He used an inexpensive cherry-red Guild Starfire. He played that instrument for several years and used it on the band's early recordings.

But as early as 1971, Garcia expressed dissatisfaction with factory-made guitars, even though he played models favored by other rock guitarists -- the Gibson Les Paul and the Gibson SG. Until he walked into Irwin's Sonoma studio in early 1972, he had been playing a vintage '57 Fender Stratocaster, a classic rock 'n' roll guitar given to him by Graham Nash, with an alligator decal on the body that gave the guitar its name, Alligator.

Garcia bought the first guitar Irwin ever made for $850 (known as 001) and ordered another one custom-made. Irwin delivered Wolf, named after its distinctive inlay of a wolf, in May 1973 for $1,500. (Garcia gave Irwin's 001 to original Dead road crew member Ramrod. Garcia gave away a lot of guitars.)

After a brief dalliance with an aluminum guitar designed by Southern California maverick Travis Bean, Garcia replaced Wolf with Tiger in 1979. The guitarmaker spent more than six years working on it, and Garcia played the heavy 14-pound guitar for 11 years.

Irwin mixed exquisitely detailed, intricate brass work with dense, exotic hardwoods in his designs. He also incorporated a lot of special features Garcia himself devised, like a loop that ran the signal back through the guitar so he could control his special effects with knobs on the body of the guitar or a built-in pre-amp hidden beneath Irwin's inlays. "Jerry knew more about his guitars and equipment than anyone," said Parish.

Wolf briefly came out of retirement in 1988 as a guinea pig for MIDI synthesizer experiments. After a Roland synthesizer was successfully attached to Wolf, Tiger went back to the shop for retrofitting. Garcia used the synthesizer attachment to make his guitar sound like a trumpet or other instruments.

In 1989, Irwin delivered his $11,000 masterpiece, Rosebud, with MIDI controls built in. "Everything he had learned about guitars went into Rosebud, " said Parish.

Garcia's next guitar arrived in the mail at the Grateful Dead office in 1993. Stephen Cripe, a 39-year-old Florida woodworker who spent years building custom interiors for Caribbean yachts, decided to try his hand at making a guitar. Using a few photos and a Dead video, he knocked off Irwin's design of Tiger with a few flourishes of his own, like carving the body out of a piece of East Indian rosewood recycled from a 19th century Asian opium bed.

Garcia was floored. He gave the piece to San Francisco repairman Gary Brawer to fix the electronic guts, but it was a miracle guitar.

"Garcia was amazed when it came around," said band mate Bob Weir, "at the guesswork he had to make -- and got right -- to give that guitar Irwin's look and feel. It was astounding."

He pronounced the piece "the guitar I've always been waiting for" and began playing the instrument exclusively. It came to be called Lightning Bolt. Garcia met with Cripe briefly backstage at a Florida concert and commissioned a second guitar for $6,500, known as Top Hat, although Garcia almost never played it. Cripe, whose hobby was making fireworks, died in May 1996 when his work shed blew up. He used an exploding firecracker as the insignia on his guitars' headstocks.

Lightning Bolt was in the shop on the last tour. In his final show at Soldier Field in Chicago on July 9, 1995, Garcia started out playing Rosebud, but midway through the show, the guitar developed problems. Garcia strapped on the tour's spare guitar -- Tiger, out of mothballs for the occasion -- and finished his final concert on his old trusty ax.


Early life and influences

Wojtyła’s childhood coincided with the only period of freedom that Poland would know between 1772 and 1989: the two decades between Marshal Józef Piłsudski’s defeat of the Soviet Red Army in 1920 and the German invasion in 1939. Wojtyła thus grew up experiencing national freedom but also understanding its vulnerability. Although Wadowice, a town of about 8,000 Catholics and 2,000 Jews, lay only 15 miles (24 km) from the future site of Auschwitz, a Nazi death camp, there was apparently little anti-Semitism in the town before the war. One of Wojtyła’s close boyhood friends was a son of the leader of Wadowice’s Jewish community.

Wojtyła’s father, Karol senior, was a lieutenant in the Polish army. His mother, Emilia Kaczorowska, died when he was eight years old his brother, Edmund, who had become a physician, died less than four years later. Wojtyła was an outgoing youth, though always with a serious side. He excelled in academics and dramatics, played football (soccer), and, under his father’s guidance, lived a disciplined life of routine religious observance. He regularly assisted Father Kazimierz Figlewicz, his confessor and first teacher in Catholicism, in Wadowice’s main church, which was next door to the Wojtyła family’s tiny apartment.

After graduating from secondary school as valedictorian, Wojtyła moved with his father to Kraków, where he attended the Jagiellonian University. His studies ended abruptly when Nazi Germany invaded Poland on September 1, 1939. In the months that followed, Jews as well as non-Jewish cultural and political leaders, including professors and priests, were killed or deported to concentration camps by the Nazis, who considered the Slavs an inferior race.

Wojtyła and his father fled with thousands to the east but soon returned after learning that the Russians had also invaded Poland. Back in Kraków, Wojtyła continued his studies in clandestine classes. For the next four years, in order to avoid arrest and deportation, he worked in a factory owned by Solvay, a chemical firm that the Nazis considered essential to their war effort. Wojtyła was thus the only pope, at least in modern times, to have been a labourer.

During these years Wojtyła began to write nationalistic plays, and he joined the Rhapsodic Theatre, an underground resistance group that aimed to sustain Polish culture and morale through covert readings of poetry and drama. Through Jan Tyranowski, a tailor who conducted a youth ministry for the local church, Wojtyła was introduced to the teachings of St. John of the Cross, a Carmelite mystic who held that redemption could be gained through suffering and a “spirituality of abandonment.” Tyranowski’s example helped to convince Wojtyła that the church, even more than a renewed Polish theatre, might improve the world. Wojtyła’s confessor continued to be his childhood mentor, Figlewicz, who had transferred to Wawel Cathedral in Kraków.


News Continued

Koduri's new graphics group proves Intel is serious about GPUs long term

We're starting to see Pat Gelsinger's impact at Intel.

Halo: The Master Chief Collection may someday support up to 60 players

That's a lotta people to fit on Halo's 16-player arenas

Arma: Cold War Assault is free on Steam and GOG

Also known as Operation Flashpoint: Cold War Crisis.

Epic has made Easy Anti-Cheat free for game developers

Epic also introduced a free voice chat system, gaining more ground on Valve's Steamworks platform.

The Left 4 Dead survivors are coming to Zombie Army 4

Bill, Francis, Louis, and Zoey are coming to kick Baron Umbra's ass.

Bungie tells Destiny dataminers to 'respect the fun' and stop spoiling things

The callout came alongside a warning not to buy the recently-unearthed 'Spicy Ramen Coupon' emblem.

Get started as a Twitch streamer with these Amazon Prime Day deals on microphones, cameras, and gear

We've tracked down a ton of deals that'll have you streaming in no time.

The official Rainbow Six Siege board game will include a 'line-of-sight ruler'

Called 6: Siege, Mythic's board game adaption sounds more complicated than the real thing.

PAX West is coming back in September as an in-person event

I'm a weirdo and these are my favourite crappy Prime Day deals

What is Prime Day? What is life?

Overwatch crossplay beta is live, and there's a new Ashe event too

Play with your console friends and earn some Ashe cosmetics at the same time.

You can find an RTX 3080 this Prime Day, it just comes attached to an Alienware gaming PC

Check out these two RTX 3080-powered gaming PC deals over at Dell.

Ghost of Tsushima dropping the 'Only on PlayStation' badge probably means nothing

Put away the tin foil hat, Ghost of Tsushima probably isn't coming to PC anytime soon.


Boulton Paul Defiant

Les Boulton Paul Defiant was a British fighter aircraft. This single-engine, aircraft first in August 1937 and was used by the British Royal Air Force in World War II.

Defiants were different to other fighter planes because their guns (four Machine guns) were in a rotating turret and could fire in any direction. They had two crew: one man was the pilot and the other aimed the guns.

Defiants were made to shoot down enemy bomber aircraft. When they were used during the Battle of Britain, they were good at this. But they were slower and could not turn as well as German fighter planes, like the Messerschmitt Bf 109. A lot of Defiants were shot down by German fighters.

After the Battle of Britain, the British only flew Defiants at night. In this way they could attack the German bombers that also flew at night, and avoid the German fighters because they only flew during the day.

Today, only one Defiant is left in the world it is in a museum in London.


Sztori

Kezdetek

Az 1797 óta létező Boulton & Paul Ltd 1915- ben kezdte meg más gyártók repülőgépeinek gyártását. Az első világháború idejéből származó legfontosabb modell a FE2 királyi repülőgépgyár volt , amelyből 550 példány készült. Emellett Boulton Paul volt a Sopwith teve legfontosabb producere . Bár időközben létrehozták saját tervezőirodáját, a háború alatt egyetlen saját tervezés sem kapott nagyobb jelentőséget. Míg a Sopwith Snipe-t előnyben részesítették a P.3 Bobolink vadászrepülőgéppel szemben , a fegyverszünet megakadályozta a P.7 Bourges gyártását .

Háborúközi időszak

A háború után a vállalat a bombázókba beépíthető géppuska-tornyok fejlesztésére összpontosított. Az ikermotoros emeletes Sidestrand íjjában végül nem volt megfelelő torony. Az utód Overstrand zárt tornyot kapott Lewis géppuskával , amelyet sűrített levegővel lehetett mozgatni. A társaság később megszerezte a francia engedélyt, amely lehetővé tette az átállást az elektrohidraulikus hajtásokra. A tornyokat ezután harci repülőgépeknek is szánták.

Függetlenség

1934 Boulton & Paul elszakadt a repülőgép-részlegtől, amely mostantól a Boulton Paul Aircraft Ltd. kint volt. A következő években új üzemet létesítettek Wolverhamptonban. A régi norwichi gyárakat felhagyták.

Az első toronnyal felszerelt vadászrepülőgép a Hawker Demon volt . Rövid idő múlva új dizájn következett, a Defiant , amely azonban nem felelt meg a magas elvárásoknak. A frontális fegyverzet helyett a repülőgépnek négy géppuskával ellátott tornya volt a pilóta pilótafülkéje mögött. Ugyanezt a fegyverzetet találták a Blackburn Roc haditengerészeti repülőgépen is , amelyet Boulton Paul dolgozott át és gyártott.

A második modell, amelyet Boulton Paul készített a második világháború alatt, a Fairey Barracuda volt . Ezenkívül módosításokat hajtottak végre a Vickers Wellington-on .

Háború utáni időszak

Az egyetlen jelentős háború utáni tervezés a Balliol kiképző repülőgép volt , amelyből 229-et építettek. Ezek közül harminc modellt használtak Sea Balliols-ként a repülőgép-hordozókon történő leszállás gyakorlásához.

Boulton Paul később részt vett az angol Electric Canberra és a de Havilland DH.100 vámpírok gyártásában . A vállalat tesztelés céljából számos sugárhajtású delta szárnyas repülőgépet tervezett és épített .

1961-ben beolvadt a Dowty Group-ba . Ennek eredményeként létrejött a Dowty Boulton Paul Ltd , amelyből a Dowty Aerospace cég jelent meg . A repülési vállalat 2000 óta a Smiths Aerospace része .


The Aircraft

The Boulton-Paul Defiant was the outcome of the Turret-Fighter concept put forward by the RAF in the 30s. Based on the success of performance of the Hurricane and Spitfire monoplane fighters, the Air Ministry called for a fighter of clean design to be equipped with a power operated turret in the rear, where all the armament would be concentrated in. Despite the weight limitations of the turret, the fighter will have comparable performance characteristics of the latest monoplane fighters.

The accepted fighter in this specification was the Boulton-Paul Defiant. The Boulton and Paul Aircraft Company designed and flew the first prototype K8310 on 11th Aug 1937. The first production Aircraft, the Mk1 powered by the 1,030hp Rolls Royce Merlin III engine, entered RAF AEE trials in 1939.

Squadron induction followed and the type saw action during the Dunkirk evacuation and the Battle of Britain. It was not a successful day fighter and its role was soon relegated to that of a Night fighter in the latter days of 1940. In this role it carried the Airborne Interception radar AI Mk IV, which had a maximum detection range of four miles. The Defiant Mk.II followed after installation of a new 1,260hp Merlin XX engine, which gave it more power and better top speed performance.

After Beaufighters took over the role of Airborne Interception, the Defiant II got a new lease of life as a High Speed Gunnery Trainer. The Turret was removed and the rear fuselage modified with a Target stowage box fitted underneath and the fixing of the target towing equipment. A wind driven winch was placed on the starboard side, and a simple canopy now covered the winch operator, who sat in the place of the earlier air gunner.

This Mk.II based aircraft was re-designated the TT.Mk I (TT.1), and about a 140 of these were built. A number of the older Merlin III powered Mk1s were converted to Target Tug configuration and were redesignated as TT. Mk III aircraft. The last of the TT.Is were delivered in March 43.

Boulton-Paul Defiant TT.1 DR967 is typical of the 'tropicalised' Target Tugs operated in India. Though this particular aircraft probably never got further than the middle east. Photo Courtesy : RAF Museum
Another view of Boulton-Paul Defiant TT.1 DR967. Photo Courtesy : RAF Museum

Boulton Paul P.88 - History

The Airport and Boulton Paul

Aviation was the growing thing in the 1930's and it was a matter of civic pride for towns to have their own airport. In June, 1933, as a result of a recommendation from no less an authority than Sir Alan Cobham, Wolverhampton Council considered a resolution that 178 acres of land at Barnhurst should be reserved for the establishment of a municipal aerodrome. The land had formerly been used for sewerage disposal purposes and it was estimated that it would take two years to drain.

The opening, on 27th June, 1938, included car bombing and balloon bursting competitions and was attended by Amy Johnson who entertained the crowds with an aerobatic routine in a glider.

A Royal Air Force display involving an attack on a mock house specially constructed for the event and defended by a local anti-aircraft battery, turned into a sequence more reminiscent of the Keystone Cops with the petrol soaked house being set alight, before it was attacked, and burning to the ground before the fire brigade, who were scheduled to tackle the blaze, got there!

During the Second World War Boulton Paul produced their famous Defiant aircraft at Pendeford. It was designed as a fighter and was similar in size and shape to the Hurricane. Instead of being armed with forward facing, wing mounted guns like the Hurricane and Spitfire, the Defiant was armed with a gun turret behind the pilot and operated by a gunner. The first prototype flew from Pendeford in August, 1937, and the first production model flew on 30th July, 1939. After some initial success - on 29th May, 1940, Defiants from 264 Squadron shot down 37 German planes - the weakness of the aircraft was exposed and the enemy realised that the gun turret could only fire backwards and upwards.

Over a thousand were finally built with the plane changing its role from fighter to night fighter and finally as a tug for targets for anti-aircraft batteries and air-to air combat training.

In April, 1940, King George VI and Queen Elizabeth visited Pendeford where they saw an aerobatic display by a Defiant over the airfield before touring the works.

The most famous post war Boulton Paul aircraft was the Balliol, a trainer powered by the Rolls Royce Merlin engine, which was built between 1950 and 1957. Expectations of good sales were high but the Air Ministry altered its plans and decided that they required an advanced jet trainer and in the end only 132 Balliols were built at Pendeford.

The company later concentrated on developing flying controls and electronics rather than complete aircraft and in 1961 a merger with the Dowty Group of Companies took place. The firm is now a part of Smith's Aerospace.

The airfield remained in use for a quarter century after the end of the war and in 1950 it was used for the prestigious King's Cup Air Race.

From the late 1950's onwards opposition against the airfield grew. It was criticised for its lack of tarmac runways, customs facilities, all weather aids and night flying capacity. The proximity of houses and factories was also a worry.

Don Everall Ltd. promoted the airfield around this time. Their fleet of Dakotas was based at Pendeford and they ran a busy flying club which put on displays for the public.

Scheduled flights began in 1953 and included a service from Derby to Jersey which called at the airport and one from Wolverhampton to Ronaldsway in the Isle of Man. Everall also provided facilities for other operators. The company also took over the hutted camp, raising rents from £670 to £18,000 per year by the time the Council regained control in 1965.

A feature film The Man in the Sky, starring Jack Hawkins, was made at Pendeford in April, 1956 and in 1967 the cameras returned to film scenes for the ATV Crossroads séries.

In the same year Wolverhampton Council's Public Works and Estates Committee recommended that the airport should be closed when Don Everall's agreement expired in 1971. This was in spite of an increase in use from 640 flights to over 2000 between 1959 and 1966. The main reason for closure was that the airport was losing money and taking up land which could be used for building but safety considerations also played a part. In April 1970 an incoming plane struck a house in Redhurst Drive, Fordhouses, killing both pilots and an occupant of the house.

The Airport was closed on 31st December, 1970.

Some units of the former hutted camp continued in light industrial use until the development of Pendeford Business Park began in the late 1980's.

One of Wolverhampton's many small car manufacturing firms had premises at the airfield from 1952. John H. Turner had founded Turner Sports Cars three years earlier to build racing and sports cars as well as racing engines. In 1954 the first production Turner was built at Pendeford. It had a reinforced glass fibre body and used an 803cc Austin A30 engine or a Coventry Climax in competition. About 75 were built over two years.

A 950cc A35 engined version was introduced and another 75 were built up till 1959 with most being exported to the United States.

The open two seater Turner Sports became one of the most successful production racing cars in Britain for several years.

About 600 Turner Sports Cars were sold until 1966, when the firm went into liquidation, with most of the ones for the home market being produced in kit form .

A couple of links with Pendeford's aeronautical past remain, apart from the continued presence of Smith's Aerospace. The airport sign was rescued by local historian and author Alec Brew in 1974 and is now preserved by the Boulton Paul Association in their visitor centre and workshops situated in part of the former works. Much work has been done since the Association was set up in 1991 and a fine collection of Boulton Paul related material and artefacts are under restoration and on display. The centrepiece is a full scale replica Defiant. Three further Defiants, albeit in the form of a brick relief sculpture along the Droveway, together with historical notes remind the passer by of Pendeford's links with the past and is dedicated to those who built and flew them. The entrance to the Business Park echoes that of the airport though it has been rebuilt and an avenue of birch trees which led to the airport buildings still flourish at the time of writing. There are also remains of air raid shelters or gun emplacements to be discovered on the hillside behind the old airfield.

The new Balliol Business Park, developed behind Dowty's, has been named for obvious reasons.


Voir la vidéo: The RAF At War The Unseen Films 1940 5of5 The Boulton Paul Turret (Février 2023).

Video, Sitemap-Video, Sitemap-Videos